Poster un commentaire

Chronique du neuvième jour du mois de janvier de l’an de disgrâce 21

Où il est question d’une grande Bidouille, de menues dépenses et d’une offre refusée.

Ce fâcheux de Gracchus Mélenchonus fut invité par Madame de l’Enrouée, une gazetière fort aimable, pour une causerie dans le salon qu’elle tenait chaque dimanche. Cette gazetière n’avait point besoin comme ses semblables de jouer les arrogantes. Elle le laissa donc développer sa pensée. Lorsque ce fut le moment de parler de la Grande Croisade de la Sainte-Vaccine – laquelle semblait enfin s’être mise en ordre de marche, quoiqu’encore fort poussivement, à l’image de l’élocution du baron du Cachesex – Gracchus porta l’estocade. Ce n’était point là une Croisade, mais la Grande Bidouille. Et de pourfendre ce qu’il appelait « la gestion aventureuse » de cette campagne dont le noble but, claironné urbi et orbi, n’était-il point de faire reculer les miasmes et de permettre un retour à une vie normale. Mais rien ne se passait comme le Roy s’était complu à le faire savoir. Notre Petit Philanthrope avait en effet assuré avec force trémolos au mois de juin que le vaccin était un bien commun. Mais ce qui était vrai alors ne l’était plus. A qui donc profitait le crime ? On venait d’apprendre que ce n’était pas seulement à une officine des Amériques que Sa Dispendieuse Forfanterie avait fait appel, mais à quatre. Les impôts durement payés par les Riens et les Riennes allaient se retrouver dans les coffres de ces maisons, lesquelles, tout au contraire d’organiser la distribution des fioles de sérum, se contentaient d’engranger les écus pour de fumeux et sots conseils, à l’instar de ceux dispensés par les gens du Chambellan de la Malportance, pour ce qui concernait l’injection du sérum. Tous ceux et celles qu’on avait vaccinés jusqu’ici l’étaient-ils vraiment ?

Il en allait avec ces officines privées comme il en était allé avec les fleuristes engagés par Dame Bireguitte pour égayer les salons du Château. On avait dépensé quatre fois plus sous le règne de Notre Bourgeonnant Jouvenceau que sous celui de ses prédécesseurs. Six cent mille écus s’étaient ainsi exhalés des cassettes de la Startupenéchionne et ceci alors que les Riens et les Riennes avaient été rudement confinés dans leurs tristes logis, implacablement traqués par une maréchaussée et des argousins vétilleux et tracassiers qui les rançonnaient dès lors qu’ils tentaient de mettre un pied dehors pour aller se ravitailler.

De l’autre côté de l’océan, les zélateurs du grand ami de Sa Neigeuse Connivence, Donald le Dingo, étaient rentrés au logis . Après les avoir vivement excités, le futur empereur déchu avait tancé ces fous furieux. On se questionna : Donald était-il atteint d’un emportement de la cervelle qui le faisait se dédoubler, ou avait-il lui aussi un frère jumeau ? On ne le savait. La mort dans l’âme, le Roy avait du se résoudre à hausser le ton et blâmer ce fâcheux désordre, mais il ne nomma jamais son cher et grand ami pour ne point le froisser. Les Dévôts, quant à eux, jetèrent l’opprobre sur Gracchus Mélenchonus, lequel avait pourtant le premier vigoureusement dénoncé les factieux. Madame la ChatelHaine de Montretout, qui n’avait jusque là point voulu concéder la défaite de Donald – avec qui elle avait force affinités – dut la mort dans l’âme – qu’elle avait très absente – reconnaître le nouvel empereur des Amériques, Sir Joe du Bidon.

Notre Incorrigible Protée était allé se recueillir sur le tombeau du roi Françoué Premier dit Tonton, afin de lui rendre un pieux et fort hypocrite hommage. Il y retrouva les derniers fidèles de la Faction de la Rose, dont le falot baron de l’Amphore qui lui fit la révérence mais ne se priva point ensuite de confier quelques médisances aux gazetiers qui lui tendaient le crachoir. Pendant ce temps, on apprit que la Justice entendait mettre à la question pour concussion son propre Chambellan, monsieur du Pont de Morte-Ethique. C’était là chose fort commune au royaume du Grand Cul Par Dessus Tête. Monsieur du Pont de Morte-Ethique allait ainsi tenir compagnie à son comparse le duc du Dard-Malin, sur qui pesait toujours des accusations de faveurs d’alcôve monnayées contre de menus services. Par bonheur pour la Cour, on pouvait toujours compter sur Madame de la Courge qui, confondant sa charge de Sous-Chambellane avec celle d’instigatrice de la dernière mode, s’était faite prendre à faire de la réclame pour son camériste et sur Madame du Cachalot, laquelle avait fait sa réapparition en se découvrant une nouvelle vocation : celle de tripière, et qui plus est, avec les siennes, afin de sauver le monde des arts et de la culture, qui sombrait de désespoir. Il lui fut répondu sobrement que l’on n’était point friand de ce plat.

Le Chevalier Gode-Froid-Bouillant d’Alanver – ayant juré ses grands dieux que lui vivant, personne ne laisserait entrer sur le sol du pays les miasmes mutants en provenance de la Perfide Albion, allait devoir manger son chapeau. Ces indésirables avaient débarqué dans les nez de voyageurs insouciants retournant sans encombres et sans aucun contrôle séjourner dans l’antique Massalia où ils avaient tranquillement commencé de se répandre dans d’autres nez et d’autres poumons. Comble de rage pour le Chevalier, c’était celui qu’il avait juré de pourfendre jusqu’en enfer, son ennemi juré le professeur Kloroquine, alias le Savant de Marseille, qui venait d’en faire la découverte. On instaura alors dans Massalia le couvre-feu dès les vêpres, ce qui en vérité ne servait à rien, hormis à faire se presser des foules dans les échoppes avant leur fermeture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :