Non classé

Chroniques du temps de la grippe pangoline

Chronique du treizième jour du mois de mai, en l’an de disgrâce 21 Où il est question de bon plaisir, de poids et de démesure et d’une bien peu ragoûtante farce. Le Roy se languissait fort que l’épidémie de grippe pangoline fût terminée. Son premier Grand Chambellan, le baron du Cachesex, partageait en tout point […]

Chroniques du temps de la grippe pangoline

Madame de la Pâlie, la Chambellane Des-Armées, croyant tirer à vue sur madame de Montretout et les vieux bellicistes, avait fait long-feu. La ChatelHaine pavoisait haut. Elle se vit invitée dans les salons de la Gazette Rance Infaux. Piquée au vif d’avoir été traitée de «molle » par le duc du Dard-Malin, la cheffe des Haineux jouait à merveille la partition de la surenchère. Elle se payait le luxe, ayant foulé aux pieds dans sa missive les principes de la vieille République, de s’en réclamer et de briguer le Trône. La Gazette Tares Avariées n’en était point à sa première tentative de pronunciamento. On pouvait régulièrement y lire les propos factieux du vicomte du Joli de la Vileté, lequel avait eu un temps son couvert au Château avant que d’indisposer Notre Ombrageux Bibelot. Le vieux général de la Malepiquouze, l’un des instigateurs de ce qui était pour certains une rouspétance de charentaises, y tenait aussi tribune.

Chroniques du règne de Manu l’Infaillible

Brève du septième jour du mois d’avril en l’an de disgrâce 21 Pendant que l’on conjecturait dans les salons pour savoir qui de madame la marquise de la Courge, du petit duc de l’Attelle ou du duc du Chat-Rançon disait faux – monsieur de l’Attelle ne venait-il point de contredire sa commère la marquise en […]

Chroniques du règne de Manu 1er l’Infaillible

Chronique du dimanche de Pâques en l’an de disgrâce 21 Où il est question de gargottes clandestines, d’un fort symbolique couvre-chef et d’une découverte proprement révolutionnaire. Ainsi doncques par la grâce du Roy, dès le lundi suivant les Pâques, il ne serait plus permis de s’éloigner à plus de deux lieues du logis qu’à la […]

Chronique du règne de Manu 1er l’Infaillible

Une brève un peu longuette…sur le vif ou presque. Oncques souverain ne parut plus infatué de lui-même ni plus abyssalement vide que Notre Morgueux Potache en ce dernier jour du mois des fous, où il s’adressa à ses vils sujets, leur délivrant un discours tout empli de sainte et froide compassion, d’intelligence fulgurante et zézayante, […]

Chroniques du règne de Manu l’Infaillible

Chronique du trentième jour du mois de mars, en l’an de disgrâce 21 Où il est question de science, d’un certain dîner et d’une longue attente. Les miasmes de la grippe pangoline, leurs cousins et apparentés, tout ce petit monde microscopique pullulait en Starteupenéchionne en cette fin du mois de mars. La croisade de la […]

Chronique du règne de Manu 1er l’Infaillible

Chronique du dixième jour du mois de mars en l’an de disgrâce 21 Où il est question d’occupation, de doléances et de fiel Sous la houlette d’une Guilde, les saltimbanques – qui crevaient de ne plus pouvoir exercer leur art – envahirent les théâtres. A Lutèce puis dans les bonnes villes de Toulouse et de […]

Chroniques du règne de Manu 1er l’Infaillible

Brève du sixième jour du mois de mars en l’an de disgrâce 21 Au premier jour du mois de mars, le Roy – malgré toutes ses occupations – s’ennuyait fort en son palais. Les Conseillers susurrèrent : « Sire, Votre Hautesse n’a point pris l’air de la capitale depuis longtemps, Vos Sujets vous réclament ! ». Dame Bireguitte ne […]

Chroniques du règne de Manu 1er l’Infaillible

Chronique du quatrième jour de mars, en l’an de disgrâce 21 Où il est question de quelques rappels historiques, d’insolentes jérémiades et d’une prodigieuse ordonnance… Du temps où il n’avait point encore accédé au trône, Pôl de la Bisoute s’appelait Nikola du Petimarécage et c’est sous le nom de Nikola 1er qu’il régna durant cinq […]

Chroniques du règne de Manu 1er dit l’Infaillible

Madame de Salez-Mets se rengorgeait dans tout Lutèce. Elle roucoulait d’aise sur le fil de l’Oiseau Cuicuiteur. Son aimable causerie avec monseigneur le duc du Dard-Malin et madame la ChatelHaine de Montretout avait été un franc succès. N’avait-on point devisé de façon la plus courtoise qui fût sans jamais parler de ces fâcheux miasmes, encore moins des pauvres dont les files d’attente aux soupes populaires ne faisaient que s’allonger ? De quoi donc avait-on causé si bellement ? Quel était ce magnifique sujet d’entente si cordiale entre monseigneur le duc et madame de Montretout ? Qu’est ce qui les avait rendu si éloquents ? La ChatelHaine et le duc avaient tout deux fait assaut de politesses ampoulées, de formules fleuries et de rodomontades plus mielleuses les unes que les autres pour disserter sur ce qui les unissait. Madame de Montretout avait agité le dernier libelle du duc, affirmant qu’elle eût pu le signer, tant elle en partageait chaque mot, chaque virgule