Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit le Perfide, au temps de la grippe pangoline.

Chronique du vingt quatrième jour du mois de novembre, en l’an de très grande disgrâce vingt et un

Où il est question du retour des miasmes, des enfançons maléfiques et du fromage de camembert.

Le royaume du Grand-Cul par dessus-Tête était en émoi. Les miasmes – pangolins ou visontins, c’était selon, et à dire vrai on ne savait plus vraiment d’où ils étaient venus et nul ne s’en préoccupait guère – les miasmes, interlopes doncques, lancèrent une nouvelle offensive, montrant là toute l’étendue de l’inanité de la Croisade de la Sainte-Vaccine, bien qu’on en attribuât la seule faute à ces damnés Hérétiques, lesquels étaient aux dires du Sieur Du Pont de Morte-Ethique des assassins. Las ! Le premier à tomber au champ du déshonneur fut le bon baron du Cachesex, qu’on avait vu nez au vent dans tout Lutèce, serrant des pognes ici, échangeant là moult embrassades et tendres accolades. Mais honni fut qui mal y pensait. C’était naturellement en bisouillant sa petite fille au moment du coucher que le bon Chambellan – quoiqu’il eût dûment reçu ses très saintes onctions – avait contracté les miasmes, et non point lors des missions que lui incombait sa charge. La fillette, comme ses comparses, était une bonbonne emplie de miasmes. Ces enfançons étaient un danger pour tout le pays. Il fallait leur courir sus et les marquer de la sainte onction, sans oublier les tout-petits. On le faisait sans coup férir dans le royaume de l’Izraël.

Le bon baron du Cachesex fut contraint une fois de plus de garder la chambre, mais il apparut très vite que tous ceux et toutes celles qui l’avaient croisé avaient aussi contracté la maladie, à moins qu’ils ne se fussent tous penchés au chevet de sa fillette, pour lui narrer quelque historiette afin de l’endormir. Ainsi doncques les Chambellans, tout en adressant de sévères remontrances aux Riens et aux Riennes sur l’importance qu’il y avait à ne point se relâcher sur l’étiquette et les gestes de la barrière, avaient-ils montré l’exact contraire, mais toute la faute en revenait aux Hérétiques et aux bambins, nous l’avons montré plus haut.

Le retour des miasmes était une véritable aubaine pour le fougueux et brave Chevalier d’Alanver, qui allait ainsi pouvoir reprendre ses causeries du jeudi. On s’en délectait à l’avance. Sommé par son suzerain d’aller se faire voir dans les salons de l’Hôtel de Céniouze, le Chevalier avait renâclé. Il ne goûtait point les saillies de monsieur de Folourit et celles de monsieur du Prout. Le premier était à ses dires un ennemi de la Sainte-Vaccine, quant au second, il ne nourrissait à son encontre qu’un immense mépris. « il ne cherche qu’à m’allumer » se plaignit amèrement le Chevalier lorsque le Roy le tança. Notre Petit Machiavel entendait que chacun de ses fidèles occupât le moindre strapontin dans les salons des Haineux, afin de se nourrir de ce qui y était perfidement proféré. « Il faut coloniser le terrain de l’adversaire car les absents ont toujours tort », telle était la maxime que Sa Cynique Triangulation répétait à ses favoris afin de les enjoindre à fréquenter ceux dont on devait s’inspirer pour mieux les contenir et s’en faire un fallacieux adversaire.

Notre Minuscule Démiurge, s’en étant allé saluer les Bourgmestres du pays et leur infliger une de ces longues parlottes dont il avait le secret, avait reçu l’ovation de six cent d’entre eux – du moins en comptait-on la moitié, l’autre étant faite de Dévôts – qui appelaient de leurs vœux que leur maitre et suzerain fût reconduit sur son Trône, le Tournoi étant une affaire totalement superflue. Avant que de se faire conduire en aéroplane pour le lointain royaume de la Molcratie, où il allait se faire admirer comme futur Empereur de l’Europe et signer quelques contrats de négoce concernant des aéroplanes, le Roy avait réuni son Conseil de Défence où se tenaient dans le plus grand secret de grands conciliabules sur la menée des affaires du pays. C’était dans ce petit salon doré que Sa Suffisante Malveillance décidait du sort des Riens et des Riennes, suivant tel ou tel avis, selon que lui plaisait ou non celui qui parlait, selon qu’on lui reconnaissait ou non d’avoir du flair. Car c’était ainsi que Notre Petit Veneur dirigeait la Startupenéchionne : au nez.

Cependant que son Divin Epoux se transportait à l’autre bout de l’Europe, emmenant avec lui les miasmes du bon baron, Dame Bireguite, se piquant de connaître notre langue, décida de devenir le Vaugelas de la Startupenéchionne. Elle manda son très cher ami, monseigneur de la Blanche-Equerre, afin qu’il mît ses talents de Grand Inquisiteur Rectal au service de la restauration de la plus vigoureuse et la plus sacrée des règles : le masculin devait à nouveau l’emporter sur le féminin, au motif qu’il était le genre noble. Monseigneur se chargeait en personne de traquer les déviants et les déviantes, ces maudits et ces maudites qui osaient enseigner que le féminin avait eu droit de cité et qu’il n’était que justice que le dictionnaire ne se fît le miroir de tous les usages. Monsieur Vaugelas avait décrété qu’il ne pouvait y en avoir qu’un, celui de la noblesse. Le sabir des gueux n’était bon qu’à donner aux cochons. Dame Bireguitte approuvait en tout point. Le grand courtisan monsieur de la Berne ne s’y était point trompé. Il avait reconnu dans nos Pipolesques Altesses le vieux sang bleu qui coulait dans les veines des vieilles monarchies. Voilà doncques que s’était accompli dans la vieille République issue de cette damnée Révolution un miracle : les Bourbons nous étaient redonnés ! Montjoie Saint-Denis !

Pendant que l’on baguenaudait en métropole, les lointaines Iles de la Caraibe prenaient feu. En Guadeloupe, des émeutes avaient éclaté et on criait misayre mais le Roy entendait faire taire ces furieux. « La Startupnéchionne est à vos côtés. La situation très explosive est liée à un contexte local » argua Sa Morgueuse Colonisation. « Je ne cèderai ni au chantage ni à la manipulation », tels furent encore les mots qui tombèrent de la bouche royale. Les Riens et les Riennes de cette ile – parmi lesquels on comptait beaucoup d’Hérétiques – avaient attendu de longues et longues semaines qu’on lui envoyât des machines à respirer et des bonbonnes d’oxygène, mais il n’avait fallu qu’une petite rotation de la Terre autour d’elle-même pour que le baron du Dard-Malin n’y dépêchât ses Reitres Noirs afin de mater la révolte et écrabouiller les séditieux. Le vicomte Graumelon de la Jade d’Eau, qui tentait désespérément d’exister et de se faire entendre, approuva haut et fort les coups de menton du baron. Il les imita. Sur l’ile de la Guadeloupe, monsieur de Chalus, qui présidait aux destinées du parlement local, était fort dépité. Le baron du Dard-Malin ne l’avait point convié aux conciliabules qu’il avait organisés en son Hôtel de la rue Beauvau. Celui qui n’était aux yeux du baron et des ses amis qu’un simple autochtone eut beau dire et faire, il ne reçut que du mépris. Il s’en ouvrit à des gazetiers, mais cela ne changea rien à l’affaire.

Monsieur Ruissellus convia ses partisans et partisanes à une petite sauterie, au cours de laquelle on dégusta du fromage de camembert. Monsieur Ruissellus s’en était voir la Normandie. Il avait visité le bocage et rencontré de braves paysans. Il se fit portraiturer avec des boites de ce bon fromage fabriqué selon les dires de ses hôtes selon d’ancestrales méthodes. Las ! Il s’avéra que la fabrique visitée par monsieur Ruissellus appartenait depuis quelques années à une grande maison de négoce sise au Luxembourg, le pays des coffre-forts. Mais cet impétrant au Tournoi n’en avait cure. Il écumait tous les salons, on l’invitait partout et quand il n’était point invité deux fois dans la même journée, il trépignait. Un gazetier perfide lui fit la remarque qu’il avait reçu l’adoubement de la Dextre la plus dextre, de la gazette Tares Avariées elle-même, que monsieur de Finequellecrotte le grand philosophe lui avait donné un satisfecit, et que la chose ne laissait point d’inquiéter. « Que nenni, plastronna monsieur Ruissellus, cela prouve que je rassemble largement au-delà de mon camp. » L’affaire était donc entendue.

Ainsi en allait-il doncques au Royaume du Grand Cul par-dessus Tête, à la veille de la Grande Causerie du Jeudi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :