Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er l’Infaillible

Brève du sixième jour du mois de mars en l’an de disgrâce 21

Au premier jour du mois de mars, le Roy – malgré toutes ses occupations – s’ennuyait fort en son palais. Les Conseillers susurrèrent : « Sire, Votre Hautesse n’a point pris l’air de la capitale depuis longtemps, Vos Sujets vous réclament ! ». Dame Bireguitte ne fut point en reste : « Vous avez une mine de papier mâché, mon ami. Allez donc prendre un petit bain de foule au soleil dans les rues, le peuple criera des vivats, vous en serez tout ragaillardi ! ». Aussitôt dit, aussitôt fait. Les Conseillers dénichèrent à la hâte un Dévôt afin qu’il immortalisât la scène et s’en fît le conteur pour la Lucarne Magique Officielle de la Startupenéchionne, la Bonne Fille de son Maitre. Mais on manqua de temps pour réunir des figurants. Notre Glorieux Bibelot s’en alla donc dûment masqué, flanqué de Ses Conseillers, battre le pavé de la bonne ville de Lutèce. Tout se passait au mieux. Las ! Ce qui ne devait point arriver arriva tout de même. Une Rienne à bout de misères interpella en termes fort peu amènes Sa Capricieuse Malveillance. C’était là un crime de lèse-majesté. Méditant de la faire embastiller sur le champ, Le Roy répondit fort vertement à cette importune qui lui gâchait la vue et la promenade : « Je ne suis pas là pour passer vos humeurs, trouvez-vous quelqu’un d’autre ! », avant que de lui tourner le dos, plein de morgue et de dépit. Ce peuple ne le méritait décidément point.

Par bonheur pour Notre Délicat Tyranneau, le Dévôt que les Conseillers avaient enrôlé fit son office comme on le lui avait enjoint. Les gazetiers de la Bonne Fille de son Maitre lui donnèrent abondamment la parole. Ce courtisan confit en dévotion, au comble de la joie de servir son Suzerain, narra en termes hagiographiques- quoique de façon quelque peu confuse et hésitante – la royale promenade. Tout s’était passé au mieux. Sa Solaire Magnificence avait ébloui des jeunes Riens qui s’étaient prosternés devant Elle. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Gloire à Notre Abhorré Monarc !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :