1 commentaire

Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline.

Chronique du quatrième du mois d’août de l’an de disgrâce 20

Où il est question de frugalité, de dards en tout genre et de larmes…

Le Roy avait pris ses quartiers d’été en sa Forteresse de Brigandçon, sur les riantes rives de la mer Méditerranée. Depuis l’avènement de Sa Coûteuse Bimbeloterie, les lieux avaient été dûment rafraîchis et restaurés, dans ce goût fort clinquant qu’affectionnait Dame Bireguitte, la Reine-Qu-On-Sort, pour qui rien n’était jamais trop dispendieux, à condition que ce fût de la Cassette de la Starteupenéchionne que sortissent les écus. On avait ainsi fait construire un bassin où Nos Pipolesques Altesses pussent tremper leurs augustes fondements, ainsi que toutes sortes d’attractions mirifiques afin que les petits-enfants de la Reine, qui étaient non point ceux du Roy, mais les descendants des fils et filles que Dame Bireguitte avait eus d’un premier lit, ne trouvassent point les journées trop longues. On mit tout le petit monde des gazetiers en émoi en orchestrant une dînette dans une modeste gargote, celle-là même où l’on s’était déjà rendu l’été précédent. Les gens du Roy assurèrent les gazetiers qu’il s’agissait de se sustenter dans la plus grande frugalité. Il fallait « faire peuple » et montrer que Notre Sublime Nicodème savait s’abaisser aux goûts rustiques et vulgaires. On s’y rendit masqué et l’on se prêta avec force complaisance au traditionnel bain de foule, fort bien organisé comme de coutume. Les tenanciers de la gargote ne se sentaient plus d’aise de se faire immortaliser aux côtés du couple princier. C’était là entrer dans l’Histoire et la postérité. Les gazetiers locaux potinèrent à loisir sur la vêture de Notre Poudreux Dandy – un blanc pourpoint lui dessinait délicatement le torse – et celle fort martiale de Dame Bireguitte, sanglée dans une redingote vert caca d’oie.

Le Roy, qui entendait consacrer la fin de son règne à la réconciliation du pays – laquelle eût tenu du même miracle que celui qu’on espérait voir accomplir par la bonne duchesse de Sitarte à la recherche des « talents » pour former la future garde prétorienne – attendait la visite sous peu de celui qui avait su conquérir une place de choix dans son cœur, l’ancien roi Niko dit le Tant-Péteux. Les journées s’écoulaient, douces et ensoleillées. Rien ne pouvait en troubler la quiétude. Les Riens et les Riennes apprirent par une gazette de la Belgique que l’ancien favori de Sa Turgescente Phallocratie, le petit duc de Grivois, qui avait été surpris en pleine frasque astiquatoire et avait du renoncer à concourir au Tournoi des Bourgmestres, était revenu bien vite en grâces. On lui avait tout d’abord confié une mission sur l’industrie de la défense de la Starteupenéchionne. Les talents du petit duc, lequel n’avait pas son pareil pour évaluer la longueur d’un dard, avaient ainsi trouvé à s’employer. Le baron du Cachesex- devenu le meilleur remède en vogue chez les insomniaques, écouter un de ses soporeux discours vous expédiait en quelques minutes dans les bras de Morphée – venait de lui trouver une autre fort belle occupation : s’assurer que toute la jeunesse du pays eût de quoi se sustenter sainement. C’était là chose fort louable, mais on peinait à comprendre de quelle manière Monsieur de Grivois userait de sa hallebarde pour mener à bien cette mission.

La gazette de Monsieur Plénus Mustachus continuait de s’en prendre aux basques du nouveau favori de Notre Délicat Bisouilleur, Monseigneur le duc du Dard-Malin. Des gazetiers qui n’avaient jamais connu les gamelles bien remplies de croquettes enquêtèrent, tels de redoutables limiers. Il apparaissait que le duc aimait à monnayer ses bons services contre quelques gâteries d’alcôve. Mais il ne faisait pas bon s’attaquer au Mignon du Roy. Une pauvre Rienne, habitante de la bonne ville dont le duc était Bourgmestre, réduite par ce dernier aux dernières extrémités afin qu’il daignât user de son entregent pour lui trouver un logis, tenta bien follement de demander justice pour son honneur piétiné. Las ! Les juges classèrent l’affaire. Une autre affaire du même acabit était encore pendante, mais on imaginait fort bien ce qu’il en adviendrait. Le duc du Dard-Malin se pavanait, sûr de ses appuis. Il s’en fut de l’autre côté des Alpes, dans le royaume de l’Italie, afin d’y pérorer au sujet des pauvres hères qui s’entêtaient à franchir la Méditerranée et qu’il fallait à tout prix bouter hors de l’Europe. Tout à l’édification de sa geste, le duc, dont il ne faisait point mystère qu’il se rêvait sur le trône, alla se faire bénir par le Grand Ensoutané auquel il affirma pieusement que son seul souci était de « protéger tous les croyants ». Des mécréants, il n’en avait cure. Le duc entendait poursuivre l’œuvre de son parrain, le roi Niko, et restaurer pleinement la monarchie de droit divin.

Il s’était tramé pendant ce temps, en Starteupenéchionne, un drame des plus déchirants. La petite duchesse de la Gerbe était au désespoir. Cette courtisane fort en vue, qui s’était fait une spécialité de se répandre en jérémiades dans tous les salons, avait fondu en larmes à la lecture des noms des Chambellans du nouveau gouvernement. On l’avait vue se précipiter dans les jardins de l’hôtel de Matignon, pour y pleurer tout son saoul. Elle en était revenue les yeux rougis, répétant sans cesse qu’elle avait fait don de sa personne à la Faction de la Marche, qu’elle s’était mise toute entière au service de Sa Méchante Ingratitude. « C’est vraiment trop injuste » pleurait la pauvrette. Il se murmurait qu’elle avait été écartée par la baronne du Cachalot, qu’elle avait l’heur d’indisposer au plus haut point. Il n’était jusqu’à Notre Insensible Bonimenteur qui ne jugeât tout à fait insignifiante celle qui s’était empressée de venir se prosterner devant lui, dès lors qu’il avait remporté le Tournoi. Cette allégeance fut bien mal récompensée. Nul petit maroquin, nulle petite charge, nulle petite place de Sous-Laquais, madame de la Gerbe avait été écartée de tout. Elle décida alors vaillamment de se porter candidate au Tournoi de la Faction, au cours duquel serait choisi celui à qui reviendrait l’insigne honneur de diriger la cohorte des Dévôts à la Chambre Basse, après la défection en rase campagne de Monsieur d’Amonbeaufisse. La succession n’était point une mince affaire, pas plus que la concurrence. La petite duchesse de la Gerbe serait en effet opposée au duc de Gazetamère, dont on pensait qu’il était allé se terrer dans quelque bouge de la bonne ville de Massalia, ainsi qu’au marquis de Ruge-Eat, l’ancien Grand Jardinier, qu’un train de vie fort dispendieux aux frais des Riens et des Riennes, et un goût immodéré pour les crustacés avaient contraint à la démission à la fin de la deuxième année du règne de Notre Très-Détesté Souverain. La petite duchesse de la Gerbe menait une campagne effrénée : elle réagissait à tout, en produisant entre autres cuicuis un mielleux panégyrique à l’égard du duc de Dard-Malin, dont elle flattait à outrance l’innocence, faisant ainsi passer toutes ses sœurs du beau sexe pour de fieffées menteuses. On était ébaubi de tant de sottise et de basse ambition, vertus que la Starteupenéchionne et son Prince prisaient au plus haut point, encore que la sottise s’appréciait beaucoup plus dès lors qu’elle émanait d’un homme, ou de l’énergique duchesse de Sitarte. Madame de la Gerbe avait beau s’égosiller, elle n’avait jamais eu les faveurs du Roy. C’était là son drame.

Un commentaire sur “Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline.

  1. Superb Blog, das pure Leidenschaft strahlt … Ursula Nathaniel Berte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :