Poster un commentaire

Chronique du règne de Manu 1er dit le Plagiaire

Chronique du 8 du mois d’avril de l’an de disgrâce 20..

Où il est question d’écrouelles, de parlotte et de finesse d’esprit …

Le Vicomte de Longuebourrique, qui dirigeait l’officine de la Mal-Portance dans la province de l’Est, fut bien mal récompensé de sa loyauté. Ce brave serviteur de la Starteupenénchionne n’avait eu qu’un tort : celui de dire tout haut ce que Notre Fourbe Bonimenteur et son gouvernement s’étaient mis à penser tout bas en ces temps d’épidémie, où il était de bon ton d’applaudir d’une main les braves médecins et les nurses dévouées, et de l’autre préparer leurs lettres de congédiement. Ce vicomte à la langue trop bien pendue incommoda fortement Sa Grande Duplicité qui ordonna qu’on le limogeât et qu’on lui trouvât un cabinet obscur, d’où il attendrait qu’on en eût fini avec cette épidémie, laquelle ne faisait que suspendre momentanément le mirifique dessein que l’on avait conçu pour les hôpitaux : l’hostellerie de luxe ! Cet âne bâté de vicomte aurait du se tenir coi, et faire accroire qu’on avait pris la mesure de ces folles récriminations, cette « pleurnicherie permanente » comme l’avait persiflé de si spirituelle manière ce monsieur de Callevie, le gazetier le plus grassement nourri de tout le royaume. Le Chevalier d’Alanver avait été plus habile : il avait promis qu’on avait provisoirement suspendu le culte de Sainte-Performance et de Sainte-Modernisation, et qu’avant de s’y adonner à nouveau, on organiserait un grand raout, une « grande consultation ». C’était ainsi, par une Grande Parlotte, que Notre Fieffé Babillard avait maté la Révolte des Engiletés.

Sa Glorieuse Imposture avait un penchant immodéré pour la jacasserie. Elle en usait et en abusait, se plaisant à faire entendre à ses interlocuteurs ce qu’ils avaient envie de s’entendre dire. Ce Prince avait une si haute opinion de lui-même qu’il lui était impossible de concevoir qu’il pût se trouver de la cervelle dans la tête de ses sujets. Ainsi, lors de l’incartade de la veille, l’avait-on entendu déplorer devant des médecins médusés que l’on manquât d’équipements dans les hôpitaux ! D’aucuns en eurent des visions : Notre Inconsidéré Biquet n’avait-il point lui aussi, comme monseigneur du Havre, un jumeau caché ? A ceux qui le pressaient de préparer un édit pour rendre obligatoire le port du masque, Son Illogique Suffisance avait cependant répondu d’un air fort pénétré qu’il était des sujets sur lesquels il convenait qu’on y réfléchît. Ces manières n’abusaient plus que les sots – il s’en trouvait hélas encore beaucoup-, et tous celles et ceux qui tiraient avantage d’être bien en cour, tels ces gazetiers-nourris-aux-croquettes, lesquels serraient très fort le fondement à l’idée de ce qui leur arriverait si par malheur ces maudits Insoumis et leurs amis reprenaient la Bastillle : les mines de sel ! Monsieur de Callevie le faisait d’une manière fort accrue depuis qu’il avait ouï dire que des nurses, aux oreilles quelque peu échauffées par ses propos malgrâcieux, l’attendaient de pied ferme au cas où des miasmes pangolins s’en prissent à lui. Manquerait-il d’air que ce ne serait point par les orifices habituels qu’on se préparait à le ventiler.

La tapageuse balade à Pantin avait donné des vapeurs à Notre Léger Bibelot, tant et si bien qu’il manda qu’on fît préparer l’aéroplane royal, afin de se rendre au Touquet, dans la résidence de la Reine-Qu-On-Sort, dame Bireguitte Ravalée de la Façade. Sa Capricieuse Petitesse avait grand besoin d’air frais. Se confiner était bon pour le commun.

On était un mercredi et le Conseil des Chambellans eut lieu. Madame de Sitarte, cette duchesse à la cervelle si agile, put enfin faire son grand retour sur le devant de la scène. Elle saisit l’occasion pour venir se pavaner devant un parterre de gazetiers, flanquée du duc de l’Amer, Chambellan aux Affaires du Commerce et de la Finance, et du baron du Rabot, le Chambellan aux Travaux Agrestes. Ces deux dignitaires tentèrent d’éclipser la renommée de la duchesse. Lorsque monsieur du Rabot affirma qu’il n’y aurait point de pénurie, et qu’il convenait de manger de tout – après les règles d’hygiène, on allait aussi instaurer des leçons de diététique- les Riens et les Riennes préparèrent illico leurs laisser-passer et se ruèrent dans les échoppes faire le contraire de ce que ce Chambellan -auquel nul n’accordait de crédit- avait réclamé.

L’ineffable madame de Sitarte fut mise à la question sur les transports que Notre Petit Marabout se plaisait à faire au milieu des miasmes. La duchesse répondit pieusement que telle était la mission de Sa Glorieuse Sainteté : étendre les mains et guérir les écrouelles. « Laissez venir à moi les enfançons et les beaux éphèbes » avait murmuré le Roy et c’était ainsi que l’attroupement s’était formé. Dans la même journée, près de mille cinq cent Riens et Riennes avaient perdu la vie, fauchés par la grippe pangoline. Notre Ethéré Freluquet était au delà de ses considérations. Tel l’esprit saint, il avait choisi de parler devant ses sujets le lundi qui suivrait Pâques. Amen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :