Poster un commentaire

Chronique du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline

Chronique du trentième jour du mois de juin, en l’an de disgrâce 20

Où il est question de chutes, de maigres lots de consolation et de râteaux.

Monsieur de la Flippe, duc du Havre, était sauvé. Il était sorti vainqueur du Tournoi des Bourgmestres dans sa bonne ville. Les Riens et les Riennes avaient certes pour beaucoup boudé les réjouissances– comme partout dans le pays – et ne s’étaient point déplacés pour venir départager les impétrants, mais le duc n’en avait cure. Il avait réuni suffisamment de suffrages pour emporter la victoire. Pour qui était fin observateur des mœurs du royaume, nul doute qu’il préparait là non seulement ses arrières – pour le cas où Notre Dépité Jouvenceau décidât de se séparer de lui- mais aussi sa marche en avant vers le trône. Le Grand Mité – les mites, ces gentilles industrieuses ne s’étaient attaquées qu’à la barbe – s’était bien gardé de concourir sous les couleurs de la Faction du Roy, à laquelle du reste il ne s’était jamais rallié, et bien lui en avait pris, car, pour les Dévôts, ce fut la Bérézina. A Paris, la marquise de la Buse chuta lourdement, dans les larmes et le repentir, et elle n’eut droit qu’à un lot de consolation. Elle ne pourrait siéger au Grand Conseil. Son rival et frère ennemi, Monsieur de Deusédeufonkatre, dut lui aussi se contenter d’un maigre lot, un siège au petit conseil. Pour notre bonne marquise de la Courge, qui avait quitté sa bonne ville du Mans, jugée par elle trop provinciale pour ses ambitions – ce fut pire : elle n’obtint pas le moindre petit siège. Elle repartit bredouille et mortifiée. Le Roy, qui avait formé moult espoirs sur la capitale, espérant y voir régner en maitres ses partisans, reçut un camouflet : seulement cinq de ses Dévôts et Dévôtes siégeraient au Grand Conseil, et encore parmi ces cinq s’en trouvait-il deux à qui il venait des vapeurs dès qu’il s’agissait de mentionner sous quelles couleurs elles avaient concouru. Elles faisaient les caméléons et finiraient sans nul doute par prêter allégeance à la duchesse de l’Ide-Aligot, victorieuse de ce Tournoi dont la durée avait défié le bon sens, et lassé les Riens et les Riennes.

Il en alla de même dans tout le pays. La Faction de la Marche sombra corps et biens, ou presque. Seuls flottaient, épars, quelques débris auxquels s’accrochaient tant bien que mal quelques rescapés qui ne durent leur salut qu’à leur lâcheté. Quant aux imprudents qui s’étaient alliés avec des Marcheurs, ils sombrèrent eux aussi, sauf à Toulouse où le baron de la Boudenfle, qui avait tant fait régner la peur des moujiks que les braves bourgeois en avaient tremblé d’effroi, se vit à nouveau remettre les clés de la ville. La Faction des Haineux ne sortit pas plus glorieuse de ce Tournoi qu’elle n’y était entrée bien qu’elle eût un beau sujet de satisfaction avec la victoire dans la bonne ville de Perpignan du baron de Heiliheilo, un homme brutal et sanguin dont l’obsession était la sécurité. Ce baron avait un temps partagé la couche de sa suzeraine, la Chatelhaine de Montretout, avant de s’en éloigner. On le disait aussi quelque peu en délicatesse avec sa Faction, dont il n’avait point arboré les couleurs lors du Tournoi, mais il en partageait toujours les thèses nauséabondes. La bonne ville de Perpignan souffrait de mille maux. Le baron avait recueilli les suffrages des pauvres qui cherchaient à imputer leur misère à encore plus pauvres qu’eux. C’était une grande cité qui tombait ainsi dans l’escarcelle des Haineux. Qu’y feraient-ils ?

Dans la bonne ville de Massalia, les Printaniers l’avaient emporté en suffrages mais ils n’avaient pas gagné suffisamment de sièges de conseillers pour pouvoir régner sur la ville. La baronne de la Galinette Centrée se retrouvait – pour sa plus grande gloriole – en position d’arbitre. Cette zélée admiratrice de Sa Microscopique Grandeur avait en effet maigrement gagné sur le tribun monsieur Coppolus, au terme d’une bataille où elle n’avait pas ménagé les coups bas : après s’être proclamée rempart vivant contre les Haineux, lesquels avaient été devancés sans conteste aucun par les Printaniers emmenés par monsieur Coppolus, elle avait, de la façon la plus déloyale possible, effacé du paysage son véritable adversaire, donnant ordre d’afficher de hideux placards jaunes sur tous les murs de son fief. Sur lesdits placards, il n’était question que des Haineux, lesquels n’eurent donc rien à faire pour que l’on parlât d’eux . Comme cela ne suffisait pas, elle ordonna aussi que l’on recouvrît de blanc les placards de monsieur Coppolus. Elle ne supportait aucune concurrence. Elle ne lésina pas davantage devant aucune des vieilles méthodes de racolage, promettant ici un emploi, ici quelques termes de loyer, afin de recueillir les suffrages. Les Riens et les Riennes, dans ces territoires du nord de la cité, étaient las et pour beaucoup, ils se détournèrent du Tournoi. A l’aune de tout le papier gaspillé, la victoire de la baronne fut chiche mais la loi qui organisait la gouvernance de la cité était telle qu’elle la plaçait en pivot, ce qui siéyait à cette femme boursouflée d’orgueil et de vanité, qui n’avait d’autre ambition en vérité que de retrouver son fauteuil de sénatrice à la Chambre Haute, afin de se mettre à l’abri de tout ce qui pourrait survenir de fâcheux. Il ne faisait de mystère pour personne, sauf pour ses affidés qui lui vouaient une admiration béate et servile – elle leur servait moult fables pour les endormir – , que ses préférences allaient désormais à la baronne Tine de La Vasse. Il se disait même qu’elle lui avait déjà secrètement prêté allégeance, contre une assurance de retrouver sa charge de sénatrice. Las ! La baronne Tine de La Vasse avait piteusement chuté, clôturant ainsi comme elle l’avait commencée sa calamiteuse prestation lors de ce Tournoi et de ses préliminaires. Cette héritière avait échoué à ravir à son adversaire le fief de son parrain, le vieux baron de la Godille, lequel se repentait amèrement de l’avoir adoubée. Le vieillard noueux remâchait son ire, oubliant jusqu’au nom de cette « dame ». Comment en était-on arrivé là ?

Cependant, Madame de La Vasse souffrait, comme tous les fidèles de Notre Eventé Bonimenteur, d’une crise fort aiguë de déni. Elle trépignait qu’elle n’avait point perdu et qu’elle entendait bien se présenter au dernier tour de piste, celui au cours duquel serait choisi la Bourgmestresse de la ville. On ne put lui faire entendre raison. Bien qu’on l’eût mise sous perfusion de camomille et de valériane, elle persista dans son délire. Assistait-on là à un des terribles effets secondaires de la potion du Docteur House, que madame de La Vasse avait absorbée au lendemain de ce fatidique dimanche de mars ?

Les gazetiers, gardiens de la bien-pensance et de la Très-Saint-Phynance, s’avisèrent que parmi les vainqueurs du Tournoi, il se trouvait bon nombre de partisans de la Faction des Jardiniers. Ils omirent soigneusement de dire que les Jardiniers n’avaient pu vaincre que grâce à l’aide de Tribuns, ou de simples citoyens et citoyennes qui entendaient se mêler de la chose publique. Dans les salons des Lucarnes Magiques, on glosa d’importance. On parla de « vague verte ». Le duc de la Jade d’Eau ne se sentait plus d’aise. Il jurait ses grands dieux qu’il ne participerait point au prochain gouvernement de Sa Sempiternelle Réinvention, mais il fallut l’attacher solidement à son lit pour qu’il ne se précipitât point ventre à terre au Château prêter allégeance et occuper illico la place de Premier Grand Chambellan.

La Justice était passée et avait bel et bien condamné le duc de Sablé, Monsieur du Fion. La sentence de deux années effectives de geôle avait été ainsi prononcée par une juge implacable, c’était là le châtiment pour avoir confondu les cassettes du royaume avec les siennes et s’ y être largement servi pour son enrichissement et celui de sa famille. Mais on n’envoya point la maréchaussée requérir ce noble baron comme on le faisait pour un petit malfrat. Que nenni ! Le duc cria à l’outrage et ordonna à ses avocats de faire appel de ce jugement diffamatoire et indigne, ce qui suspendait l’exécution de la peine. La Justice étant fort encombrée, on ne savait quand interviendrait le procès suivant. Le duc pouvait dormir tranquille. Lorsqu’il était encore impétrant au Tournoi de la Résidence Royale, quelques trois années auparavant – il semblait à beaucoup que c’était là une éternité – ce même duc avait promis que s’il devenait Roy, il mettrait fin à « l’inexécution des peines ».

Ainsi donc en allait-il en Starteupenéchionne. Le vaisseau amiral de la flottille avait sombré. Notre Calamiteux Timonier n’en avait cure. Il se préparait à une renaissance, telle la Reine-Qu-On-Sort, laquelle n’avait jamais autant mérité son patronyme de Ravalée de la Façade. Il se trouverait bien quelques intrigants prêts à tout pour venir mendier un maroquin. La mode étant semblait-t-il au vert, on avait fait provision de force pelles, râteaux et autres binettes. La Faction de la Chatelhaine eût-elle remporté plus de villes, que Sa Machiavélique Petitesse eût fait délivrer à la population des lots de camisoles brunes. La prévoyance était mère de la sûreté.

1 commentaire

Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline.

Chronique du vingt cinquième du mois de juin, en l’an de disgrâce 20…

Où il est question d’une certaine joute, où s’échangèrent moult perfidies…

Le terme du Tournoi des Bourgmestres approchait à grand pas. Mesdames de l’Ide-Aligot, de la Datte et de la Buse avaient prévu de jouter afin que chacune fît valoir ses grandes qualités, son atour et son verbiage. Mais voilà qu’un événement tout à fait inouï venait de se produire. Les gazetiers de la Bonne Fille de Son Maitre – c’était en effet dans les salons de cette gazette officielle du régime que devait se dérouler la joute – avaient décidé d’avoir recours aux pratiques des gueux pour exprimer leur mécontentement devant la mauvaise fortune qui s’abattait sur eux : on allait les remercier de leurs bons et serviles offices. N’étaient concernés que les obscurs et les sans-grades sans qui cette Lucarne Magique n’aurait pu exister. Il n’était bien entendu pas question de mettre Madame du Chiendent au chômage, pas plus que madame de l’Aile-Griffe. Cette dernière s’offusqua fort de ce que la joute entre les prétendantes au fauteuil de bourgmestresse de la capitale n’eût pu avoir lieu à la date prévue. Elle mit tout en œuvre pour que cela se fît le jour qui suivit. On ne pouvait se passer de ce feu d’artifice d’intelligence et de charme.

La duchesse de l’Ide-Aligot commença très fort en apportant son soutien aux fâcheux qui osaient cesser le labeur. Elle réclama des conditions dignes pour ces pisse-copies. La baronne de la Date n’en fut point de reste, enfonçant à son tour le clou de la bonne parole sociale, dont elle ne pensait pas un traitre mot. Ce fut un crève-coeur pour la marquise de la Buse de devoir enchérir, alors que parvenaient aux oreilles de Madame de l’Ide-Aligot des lazzi et des quolibets : c’étaient les cochers des voitures de remise de la maison Hubert, qui réclamaient justice. Ils allaient subir le même sort que les barbouilleurs de La Bonne Fille de Son Maitre. Assisterait-on à un début de fraternisation entre ces nouveaux damnés de la terre ? Verrait-on madame de l’Ide-Aligot entonner l’Internationale ? Las ! Elle continua de pérorer, à l’instar de ses concurrentes. Chacune avait échafaudé des plans mirobolants pour magnifier encore la capitale. Place au vélocipède ! Madame de la Buse concéda que cet engin lui faisait encore bien peur . Elle en profita pour lâcher une perfidie à l’encontre de madame de l’Ide-Aligot, l’accusant in petto avec ses pistes pour les vélocipèdes d’empêcher les carrioles transportant les blessés de pouvoir accéder à l’hôpital. La duchesse prit le mors aux dents et hennit contre la marquise. Il ne s’en fallut de peu qu’elles n’en vinssent aux mains. Puis ce fut au tour de la baronne de la Datte de décocher une flèche venimeuse et de courir sus à cette pauvre madame de l’Ide-Aligot. On eût dit qu’elles s’étaient liguées toutes deux contre elle, pour fustiger ce que la marquise appela avec la morgue qui la caractérisait « le bazar » de la duchesse. Madame de l’Ide-Aligot trouva la chose fort plaisante venant de celle qui avait quitté sa Chancellerie de la MalPortance au moment où notre pays subissait l’invasion des miasmes de la grippe pangoline. et ne se priva point de le faire savoir à son adversaire, s’éventant furieusement et lançant forces oeillades à la cantonade.

Le reste fut à l’envi, chacune essayant de faire valoir son originalité. Elles furent médiocres et envieuses. La marquise de la Buse, qui savait que le Roy ne manquerait pas de lui faire des remarques désobligeantes si elle n’arrivait point à se démarquer, abattit ses atouts : si elle devenait bourgmestresse, Paris rayonnerait ! Pour une qui n’aimait pas le vélocipède, cela était fort piquant. Quant à la baronne de la Datte, qui s’était achetée une conduite depuis ses frasques du temps où elle occupait la Chancellerie des Balances, sous le règne de l’ancien roi Niko dit les Fadettes, piquée au vif par la marquise de la Buse qui lui prêtait une proximité fort gênante avec les Haineux – le vieux chatelhain de Montretout ne venait-il pas de la choisir pour sa championne ? – elle répliqua avec hauteur et morgue qu’elle n’avait point besoin de chaperon pour faire de la politique, cantonnant ainsi la marquise à un rôle de dame patronnesse, ce pour quoi elle ressemblait en tous points.

Paris valait toutes les bassesses et les mesquineries. On en eut un bel exemple.

Poster un commentaire

Chroniques de l’an 20, au temps de l’épidémie de grippe pangoline

Chronique du vingt et unième jour du mois de juin de l’an de disgrâce 20…

Où il est question de machines à ventiler, de consultation fallacieuse et de cigares cubains …

On approchait du mitan de cette étrange année, et de la Saint-Jean. Depuis le règne du roi Françoué 1er, il était de tradition de fêter la musique à la date du solstice d’été . C’était au sémillant Chambellan aux Affaires de l’esprit de cette époque, le baron de la Jacque – Languette, à qui l’on devait cette coutume, laquelle était joyeusement entrée dans les mœurs, se transformant souvent en vacarmes et tintamarres accompagnées de ripailles enjouées. L’actuel Chambellan en charge de ce noble maroquin, le très fat et très insignifiant Chevalier des Rillettes – dont on venait d’apprendre qu’il avait un train de vie tout à fait dispendieux, et ce bien entendu aux frais des Riens et des Riennes -, avait prévenu que cette année serait différente, mais qu’il convenait toutefois de célébrer cet art chéri par le bon peuple. Cependant, tout ce qui faisait le sel de cette fête – les concerts spontanés aux coins des rues – étaient proscrits. Il ne devait point se faire d’attroupements. En lieu et place de quoi, le brave vendeur de carrosses proposait que chacun et chacune s’assît benoîtement, qui devant sa Lucarne magique, qui devant sa Téesseffe, et écoutât religieusement les réjouissances autorisées. Le Chambellan en profita pour annoncer que les salles de théâtre et celles du cinématographe allaient rouvrir, à la condition toutefois de toujours respecter les sacro-saintes distances, sauf si l’on venait en famille ou en groupe d’amis. La profession de saltimbanque était à l’agonie. Comment donc, arguaient-ils, pouvait-on aller de nouveau s’entasser dans les aéroplanes et dans les wagons du chemin de fer, et se voir interdire d’avoir un voisin ou une voisine au théâtre ? Le Chevalier des Rillettes s’embarqua dans une histoire d’aération, laquelle se faisait à l’aide de machines dans lesdits aéroplanes et les wagons. Notre Triomphal Ventilateur ne venait-il point de commander à son Chambellan que les pièces de théâtre se jouassent désormais à bord des aéroplanes, et que le cinématographe ne se donnât à voir exclusivement qu’ à bord des wagons du chemin de fer ? C’était ce que l’on appelait le progrès en marche.

Sa Cynique Altitude avait cependant d’autres desseins en tête. Elle entendait bien faire oublier aux Riens et aux Riennes l’épidémie de grippe pangoline, et la façon plus que calamiteuse dont son gouvernement l’avait administrée. Tout ce qui pouvait servir de diversion était pain bénit. Ainsi les Très Chers Conseillers s’avisèrent-ils que se terminait fort à propos une convention, laquelle avait duré pas moins de huit longs mois, au cours desquels quelques cent cinquante Riens et Riennes, tirés au sort, s’étaient très sérieusement trituré la cervelle pour empêcher que ne survînt une catastrophe climatique. Cette convention avait été décidée par le Roy lui-même, qui avait aussi décidé des sujets de débats. Un contrat moral avait été dûment établi, et tous devaient s’y tenir. C’était là une admirable diversion que les Conseillers avaient suggérée à Notre Doucereux Babillard pour en finir avec la Grande Gileterie. Les braves que l’on avait soigneusement tirés au sort ne devaient donc point en principe s’embarquer dans trop de folies, il n’était pas prévu, dans ces réjouissances soigneusement encadrées, que s’y fomentât une révolution. On faillit cependant la frôler. Dans les cervelles échauffées de quelques hurluberlus – on n’avait pu les tous les écarter – naquit la stupéfiante idée de réduire le temps de travail ! A la suite d’un houleux débat, on réussit cependant à mettre ces fadaises sous le tapis. Le Roy, via ses Conseillers, avait aussi tenté de suggérer à ses bons et loyaux sujets de réhabiliter l’idée d’une taxe sur le combustible destiné à faire rouler les carrosses et autres charrettes, laquelle taxe avait été à l’origine de la Grande Gileterie. Les Conventionnels ne s’y laissèrent point prendre. Ils refusèrent tout uniment d’être un instrument dans la main de Sa Monumentale Tartufferie. Leur lucidité s’arrêtait là. Pour le reste, ils avaient oeuvré et ce tout à fait gracieusement.

Les Conseillers s’estimèrent satisfaits. Les travaux avaient accouché de cent cinquante propositions, que l’on présenterait triomphalement « sans filtre » à la Chambre Basse. Notre Poudreux Opportuniste avait arrêté le dessein de faire siennes ces propositions et de les porter à l’approbation de son peuple, à travers une Grande Consultation. Le but secret et non avoué était de se faire légitimer à nouveau et se remettre en selle pour le Tournoi de la Résidence Royale. Ragaillardie à cette perspective, Sa Folâtreuse Altesse s’en était allée chez son ami Sir Beaurisse The Yellow commémorer une date historique, celle du dix-huit juin de l’an quarante du siècle précédent, qui avait vu le futur Charles 1er dit le Grand lancer un appel solennel à reprendre le combat devant l’armée d’Hadolfe le Cruel. Sir Beaurisse était un facétieux, et Notre Affectueux Galopin s’amusa comme un fou à prendre la pose devant la demeure de son ami, à défaut de pouvoir le bisouiller en public. La Gazette Le Lutécien, qui donnait dans l’hagiographie et la Vie Illustrée des Saints, publia une série d’images où l’on pouvait admirer Sa Neigeuse Altesse au milieu des fleurs, puis sous un parapluie, passant en revue les troupes britanniques, accompagnée de son cher cousin, le Prince Tcharle, le très vieil héritier de la très âgée mais néanmoins fort lucide Quine Elizabeuffe, dont on se demandait bien pourquoi elle n’avait toujours point abdiqué en faveur de son rejeton, lequel se ratatinait de plus en plus. Le Roy était accompagné durant son périple par le vieux baron du Truant, qui avait joué auprès de Sa Primesautière Majesté le rôle dévolu ordinairement à la Reine-Qu-On-Sort. Dame Bireguitte n’avait point en effet accompagné son royal Epoux, le Château ayant fait savoir qu’elle avait du subir une opération de chirurgie oculaire, fort fréquente à son âge. On s’était illico empressé de faire savoir que la Reine se portait après cela comme Le Pont-Neuf, après un énième ravalement.

Dans les escholes, on se préparait à l’arrivée du nouveau protocole, lequel consistait à enlever toutes les tables des salles de classes, tout juste concédait-on quelques chaises pour que les bambins et les galopins pussent une moitié de fondement sur lesdites chaises, et se les partager, au grand mépris des « gestes barrière ». Les Grands Inquisiteurs Rectaux avaient du reste argué que l’on pouvait tout à fait écouter une leçon tout en étant debout. Du fond de ses appartements, Monseigneur le duc de La Blanche Equerre continuait de méditer les plus sombres sanctions afin de punir les fainéants parmi les maitres des escholes, lesquels avaient bien trop renâclé à suivre ses préceptes . La Gazette La Virgule, qui professait une admiration sans borne pour ce zélé serviteur, au point d’avoir vu en lui le nouveau « cerveau » du Roy – lequel en manquait fort s’il fallait en croire cette gazette – lui adressa une épître des plus flagorneuses où il apparaissait que le gazetier commis à cette besogne vilipendait ces indignes maîtres – qu’il eût été bon de pendre haut et court – et déclamait une ode des plus vibrantes à l’intention du duc qui crut en mourir de plaisir. Las ! Cette perspective – laquelle, il fallait bien l’avouer, en eût réjoui plus d’un et d’une tant était grandes l’amertume et l’écœurement – n’arriva point. Monseigneur de la Blanche Equerre en fut quitte pour une belle frayeur et un accroissement fort sensible de ses certitudes.

Dans la bonne ville de Massilia, l’état de la baronne Tine de La Vasse ne laissait également d’inspirer moult inquiétudes, à l’instar des pauvres vieillards séniles dont ses gens avaient mielleusement sollicité les suffrages, alors qu’ils n’étaient plus en mesure d’en comprendre les enjeux. Non seulement cette digne femme continuait d’avoir des visions effarantes de hordes de moujiks défilant sur la belle Cane-Canebière, avec à leur tête le tribun Gracchus Mélenchonus, mais voilà que son imagination enfiévrée lui faisait aussi se représenter des barbus – fumant le cigare – s’asseoir dans le fauteuil de son mentor et parrain, le vieux baron de la Godille. C’était là chose inouïe. La pauvre femme était allée se répandre sur la gazette – à qui par ailleurs elle octroyait une généreuse dotation, puisée dans les réserves du trésor public – afin de s’ériger en rempart contre l’Apocalypse. Elle y réussit surtout à se rendre ridicule. Comme tous ceux et toutes celles qui professaient une haine féroce à la simple évocation du mot « partage », elle n’avait qu’un mot à la bouche : Vénézuelaaaa. Si les Printaniers emportaient d’aventure le Tournoi des Bourgmestres, ne clamait-elle point que ce serait un coup d’Etat « vénézuelien » ? Personne n’avait songé à éclairer l’entendement de cette baronne, dont l’horizon se limitait au boulevard Périer. Il y avait bien eu une tentative de coup d’Etat dans ce lointain pays, mais elle était le fait d’un factieux, le senor du Guano, un grand ami de Notre Fringant Excitateur – il avait été reçu en grande pompe au Château – et avait, en tout état de cause, lamentablement échoué. Le senor du Guano n’avait du son salut qu’ à l’obligeance de l’ambassade de la Starteupenéchionne qui lui avait ouvert grand ses portes.

De son côté, la baronne de la Galinette Centrée, depuis sa belle demeure patricienne dans les beaux quartiers de la cité, ne décolérait pas. Son bon ami, le marquis de la Jade d’Eau, était venu présenter ses verts et jardiniers hommages à madame Rubilus, et lui souhaiter bonne chance de remporter avec ses amis les Printaniers le Tournoi des Bourgmestres. Madame de la Galinette, dont il se disait que son allégeance penchait très fort du côté de la baronne Tine de La Vasse, exigea que le marquis lui adressât aussi un billet d’hommages, qu’elle produisit publiquement, se targuant de se préoccuper elle aussi de verdure et du chant des petits oiseaux. Dans son fief du nord de la cité, qu’elle quittait chaque vesprée pour le riant vallon où était sise sa belle demeure, rien ou presque n’avait été mis en œuvre pour que régnât l’harmonie et la beauté. La misère et la désespérance y faisaient tout au contraire des ravages. Les Printaniers espéraient fort redonner aux habitants et aux habitantes un peu d’espoir. La tâche était grande.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne, au solstice d’été, en l’an de disgrâce 20.

Poster un commentaire

Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline.

Courte chronique du seize du mois de juin, en l’an de disgrâce 20

Le Conseil de la vieille république avait rétabli l’autorisation des manifestations, après que le gouvernement de Sa Tyrannique Malfaisance eut tenté d’en prolonger l’interdiction, alors même que l’état d’urgence sanitaire avait été levé. Dans toutes les villes du pays, les nurses, les médecins, les gardes-malades, les carabins, toutes les blouses bleues, blanches et vertes défilèrent donc en bataillons pour réclamer des écus pour ne point mourir au labeur. A Paris, le Grand Gouverneur de la place, l’implacable Sieur Teutonic, fit donner la charge contre ces dangereux séditieux, ceux-là mêmes que le Roy avait pour projet de faire défiler un mois plus tard et de décorer en grande pompe sur les Champs Elysées. Une nurse, qui avait failli mourir au front en combattant contre les miasmes méphitiques, se trouvant avec d’autres nassées et gazées par la maréchaussée royale, vit rouge et lança en direction des reitres noirs quelques pierres. Mal lui en prit. Elle fut poursuivie, matraquée violemment jusqu’à lui ouvrir le crâne, puis tirée par les cheveux par un roussin qui lui susurra fort courtoisement « tu vas la prendre, ta médaille ! », ponctuant cette charmante invite d’une grossièreté à l’encontre de la gente féminine. On félicita l’argousin et on engeôla la dangereuse séditieuse. A Marseille, la maréchaussée regarda benoîtement s’ébranler un cortège braillard et coloré. A Nimes, on assista à une scène qui mit dans une folle rage Notre Sanglant Jupithiers : les argousins déposèrent leurs képis, les soignants en firent de même avec leurs blouses, et tous s’applaudirent mutuellement.

Dans la bonne ville de Dijon, de sérieuses échauffourées avaient éclaté depuis trois jours dans un faubourg populeux entre les habitants et une bande de Tatars, lesquels entendaient faire main basse sur le négoce illicite de stupéfiants. La maréchaussée – qui n’avait aucun scrupule à nasser et à gazer de braves nurses – avait eu pour ces bandits de grand chemin la plus grande complaisance. La populace du faubourg, dont on disait que c’étaient des Barbaresques, avait décidé de se défendre elle-même. Les gazetiers de la capitale crièrent à la guerre ethnique et tous de trembler d’effroi. Mais qui donc avait intérêt à ce que se créât un tel climat de peur ? Que faisait monseigneur le duc de Gazetamère ?

Chronique du dix-septième jour du mois de juin de l’an de disgrâce 20

Où il est question de rage, d’outrage, et d’une bien étrange exemplarité.

Eût-elle perdu la vie pendant l’épidémie, en combattant les miasmes, comme ses pairs, bravement, sans masque, sans protection, dans l’urgence et l’épuisement, que Sa Splendide Tartufferie l’eût encensée, et décorée à titre posthume, au cours d’un grand raout où se presserait le gratin de la Starteupenéchionne. Las ! Elle avait pourtant été atteinte par les dits miasmes, son souffle déjà court avait manqué de s’éteindre, mais la rage l’avait faite se relever. On ne le lui pardonnait pas. Les images où on la voyait lancer – maladroitement selon les gazetiers aux mines compassées – on ne savait trop quel projectile en direction des reitres noirs de la maréchaussée, armés jusques aux dents, casqués et bottés – le Sieur Teutonic, leur maitre, leur avait intimé d’être sans pitié – avaient envahi les Lucarnes Magiques jusqu’à vous en donner la nausée. Et le landerneau gazetier de commenter pieusement, avec des mines effarouchées et scandalisées, cet acte de rébellion qui lui valait d’être engeôlée à la Bastille. La jugerait-on en place publique ? Serait-elle exécutée pour avoir osé ces gestes que beaucoup méditaient de perpétrer dans le secret des chaumines ? Elle subissait déjà l’indignité et les flétrissures des tous les tièdes, les mêmes qui avaient trouvé fort distrayant de se poster sur leurs balcons pendant le Grand Confinement, à taper sur leurs casseroles, et qui étaient rentrés bien sagement dans le rang de leur bien-pensance sitôt levée cette étrange interdiction. On était bien aise de savoir que l’on serait soigné si par malheur on tombait malade, mais on ne voulait rien savoir de plus. Protester, certes, mais un peu, avec un rien de révérence – le Roy et ses gens n’avaient-ils point fait quelques promesses ? Il suffisait d’être patient. Voilà ce qui se murmurait ici, pendant que là bas on faisait de cette enragée une icône et l’on s’inquiétait de son sort. Elle avait aussi aux yeux de certains et certaines le tort de s’appeler Farida, comme si ce nom la prédestinait à je ne sais quelle obscure profession, tout en bas de l’échelle sociale, ou pire, de compter parmi ces damnés Insoumis. Etait-elle bien celle qu’on avait prétendu ? N’était-ce point une usurpatrice ? Dans les poulaillers d’acajou, on caqueta d’importance. On la condamna. Elle n’avait somme toute que ce qu’elle méritait. L’argousin atteint on ne savait trop où – le projectile lui avait-il ouvert le crâne, à lui aussi ? – esterait en justice. Il mettrait cette séditieuse sur la paille, celle du cachot était encore trop bonne.

Quelques gazetiers à qui il restait encore un peu de cervelle se demandèrent comment on en était arrivé là. Il apparaissait que des bandes de malandrins tout de noir vêtus avaient pu, comme à l’accoutumée, se glisser au milieu des manifestants et le moment venu, tel un ballet bien huilé, se mettre à tout casser sur leur passage et à lancer moult projectiles sur les argousins, lesquels n’attendaient que cela pour répliquer et faire pleuvoir comme à Gravelotte des grenades sur les séditieux. Chose étrange, ces malandrins n’étaient jamais inquiétés par les reitres noirs, ni par les argousins. Une gazetière fort avisée, Madame De la Goise, eut cette formule qui fit mouche : « Qui a volé aux nurses et aux gardes malades leur manifestation ? » C’ était à en pleurer, ou à s’enrager. Là encore, les questions se pressaient sur les lèvres tremblantes des braves soignants, abasourdis par ce qui leur arrivait. Pourquoi donc la maréchaussée de la place de Paris n’avait-elle rien vu venir et pire, pourquoi avait-elle paru débordée, entraînée dans une folle sarabande par les malandrins ? Il fallait donc que la fête – car c’en fut une dans beaucoup de villes, il y eut même à Nimes un beau moment de fraternité – fût gâchée, il fallait que la belle image fût flétrie et salie, il fallait faire trembler, il fallait diviser. Notre Malveillant Foutriquet avait blêmi quand ses Conseillers lui avaient rapporté avec force courbettes – « Sire, il vous faut préparer au pire ! » – ce qui était advenu à Nimes mais les événements de la capitale le rassérénèrent. Malgré les bévues de ce bougre de Rantanplan,  et grâce au Sieur de Teutonic, il tenait encore la maréchaussée à sa main et à sa botte.

Sur tout ceci, on n’entendit point monseigneur le duc de Gazetamère, pas plus que la marquise de la Belleloupée, laquelle était bien trop occupée à semer de chausse-trappes le chemin de croix des Riennes que leur maudite moitié maltraitait – elle les contraignait ni plus ni moins qu’ à devoir user d’un huissier, à leurs frais, afin que cet homme de loi fît obligeamment connaître au bourreau que sa victime intentait une action contre lui – ou à prendre la défense du petit duc du Dardmalin, que ses vilaines frasques d’alcôve rattrapaient. Une Rienne avait esté contre lui, l’accusant de l’avoir violée bien des années auparavant. Le duc, qui protestait en tout lieu de son innocence, avait été mis une première fois hors de cause mais la justice avait relancé l’affaire. Brisant la loi qui voulût qu’on ne commenta point une affaire en cours, la marquise de la Belleloupée réaffirma haut et fort son soutien à celui dont elle saluait les hautes qualités de Chambellan. Madame de Sitarte, ne voulant point être de reste, claironna qu’elle gardait « toute confiance » en monsieur du Dardmalin, ce qui équivalait à clouer au pilori la malheureuse Rienne qui avait osé s’attaquer à un homme aussi puissant que cet intrigant qui se voyait déjà accéder aux fonctions suprêmes. La marquise de la Courge, qui avait en charge la défense des droits des Riennes, ne trouva rien à redire à cet hommage du vice au vice.

L’illustration était une nouvelle fois fait qu’on se trouvait au royaume du Grand Cul par dessus tête. Les argousins, s’ils avaient à réprimer les séditieux, préféraient s’en prendre à de frêles Riennes, plutôt qu’aux colosses. Ils pouvaient ainsi s’adonner en toute impunité à donner du bâton à ces coquines qui osaient leur tenir tête. Quant aux Chambellanes, elles n’avaient d’yeux que pour un butor qui entendait pouvoir user comme bon lui semblait du vieux droit de cuissage. Les Riens et les Riennes, contemplant le désastre, se rappelèrent fort amèrement qu’au moment du sacre, après sa victoire à la Pyrrhus contre l’aigre Chatelhaine de Montretout, Notre Cireux Tartuffe avait promis en tout point l’exemplarité. Il avait juste omis de dire que le vice remplaçait la vertu.

Poster un commentaire

Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline.

Chronique du quinzième jour du mois de juin, en l’an de disgrâce 20

Où il est question de lauriers bien usurpés, de miasmes étrangement contenus et de cerises massaliotes.

Sa Verbeuse Condescendance avait donc parlé. Tout avait été dit à propos de cette énième jacasserie. Une folle rumeur avait couru que le Roy annoncerait son abdication, ceci afin de mieux renaître de ses cendres, et se représenter, tout auréolé de sa nouvelle bravitude, au Tournoi de la Résidence Royale, que l’on se presserait, toutes autres affaires cessantes, d’organiser en grande pompe.

Il n’en fut rien. Les Riens et les Riennes les plus téméraires, armés de leurs fourches et de leurs piques, à l’heure dite, se plantèrent bravement devant leur lucarne magique et s’infligèrent bravement d’écouter Son Insipide Grandiloquence. Cela dura vingt interminables minutes. On se frotta tout d’abord les yeux. La machine à remonter le temps était-elle devenue réalité ? On se crut en effet, le temps d’un bref instant, revenu plus de huit années auparavant. La raison en était que Notre Pâle Imitateur avait répété des heures durant avec le roi Niko dit les Casseroles, dit aussi le Talonneux et il avait pris de son nouveau mentor toutes les mimiques, ainsi que la gestuelle. L’effet était pour le moins saisissant. Le Roy s’était-il aussi juché sur une petite caisse pour être à la hauteur ? Las ! Niko était un mauvais précepteur, et le texte de la pièce semblait tenir de la farce la plus éculée. Notre Cireux Histrion énuméra donc de façon fort plate des banalités creuses et vides – ce que Gracchus Mélenchonus appela de leur nom savant, des truismes – de sottes évidences qu’il déclama selon son habitude, le regard fixé sur le parchemin que lui déroulaient à mesure ses laquais, ménageant des effets qui retombaient aussitôt tels de mauvais soufflés. Sa Soporeuse Jacasserie se fit ainsi tour à tour Guide Touristique, Grand Inquisiteur Rectal, Grand Économe, Directeur d’Hospice pour vieillards, Grand Philosophe et Maître du Prêt à Penser…Tout y passa. On bailla copieusement, tout en fourbissant les fourches et les piques, pendant que Notre Moulin à Paroles continuait de débiter mécaniquement son discours. Après avoir joué le rôle de Monsieur de la Salmonelle en délivrant une pompeuse leçon sur l’évolution des miasmes, Sa Béate Suffisance entama enfin le morceau de choix de son allocution : le sacre par la remise de la couronne de lauriers, la seule véritable raison d’être de toute cette mise en scène. On put ainsi voir – de ses propres yeux – s’effectuer le tressage de ce diadème. On n’était jamais aussi bien servi que par soi-même. Les feuilles étaient d’émeraude, serties de l’or le plus fin, ainsi qu’il sied à Celui qui a vaincu seul, armé de son bâton à écouvillonner, la terrible grippe pangoline. Puis ce fut le miracle ! On crut apercevoir Dieu en personne se pencher sur Notre Glorieux Imposteur et lui déposer sur son noble chef ce symbole de bravitude. Alléluia ! A ce stade, les Riens et les Riennes avaient soit planté leur pique au beau milieu de leur malheureuse lucarne magique, soit ils avaient passé leur ire sur leurs innocents bambins, soit encore ils s’adonnaient sans retenue à la dive bouteille, laissant le Roy continuer sur son erre, tel un navire en perdition dans l’océan de l’autosatisfaction.

Les gazetiers – pour une fois qu’ils furent d’une quelconque utilité – se chargèrent de résumer le discours de Sa Vaporeuse Profusion. Cela tenait en un mot : rien. On ne retint rien, ou si peu. Des annonces avaient certes été sentencieusement énoncées, mais elles ne contenaient qu’un renvoi au mois de juillet. La seule chose tangible que l’on eût à commenter fut que le sacro-saint protocole élaboré si magnifiquement par les gens de Monseigneur le duc de la Blanche Equerre – lequel était occupé à fabriquer des figurines de cire à l’effigie des maîtres fainéants et récalcitrants – vivait ses dernières heures. A peine né et si vite condamné ! L’Histoire était bien cruelle. Les bambins et les galopins ne seraient ainsi plus obligés de se tenir loin les uns des autres que « latéralement ». On en resta coi. Avait-on fait une nouvelle découverte sur les miasmes, lesquels ne pouvaient se transmettre que de côté à côté et non point de derrière à devant ? Nul n’ignorait que les bambins et les galopins ne se retournaient jamais vers leur voisin de derrière. Et il y avait les masques, que diable !

Ainsi donc, à l’époque où il était de coutume de faire des rondes avec les cahiers et la maîtresse au milieu, afin de célébrer la fin de l’année scolaire et le tant attendu retour de l’été, voilà que ces maîtres des petites et des moyennes escholes, désormais honnis, promis aux plus cuisants des châtiments pour celles et ceux qui avaient démérité – les gazetiers avaient ouvert la chasse et exigeaient que des têtes tombassent -, voilà donc que ces fainéants et ces inutiles étaient sommés de revenir au labeur, ainsi que leurs ouailles, à qui l’on dispenserait des leçons et encore des leçons jusqu’à ce que mort du maitre s’ensuivit, ou presque. Dans les chaumines, ce fut la consternation. On peinait à saisir le sens de cette martiale décision. Sauf à penser une fois de plus que Notre Implacable Despote entendait faire un exemple. Ainsi les phrases creuses énoncées pompeusement en première partie du discours – « plaisir d’être ensemble » « art de vivre » « goût de la liberté » – résonnaient-elles telles des provocations. Sa Fielleuse Bonimenterie ne pensait pas un traître mot de ce verbiage. Ce qui faisait autrefois le sel du métier de magister – la transmission des savoirs – était foulé aux pieds par les diktats de l’Eglise du Saint-Capital, dont ce prince n’était au fond qu’un vulgaire officiant.

Il ne fut jamais question de Monsieur du Havre – dont il se murmurait qu’il se préparait en grand secret à devenir le champion de la Faction des Raies Publicains – , son nom était désormais banni. Quant à tous ceux qui attendaient l’avènement d’un nouvel et fracassant acte du règne, ils en furent pour leurs frais. On fustigea ici et là une « réinvention très cosmétique », Notre Lipochromique Bibelot ayant comme à son accoutumée fort usé de la poudre de son ami Donald. Le bien falot baron de l’Amphore, le chef de la Faction de la Rose, sentant qu’il lui fallait dire quelque chose, opta pour quelques questions lancinantes, lesquelles ne recevraient jamais de réponses. Gracchus Mélenchonus, outre qu’il fustigea les emprunts éhontés à ses propres discours, versa dans la métaphore spiritueuse, le discours du Roy devenant ainsi une doucereuse mais néanmoins soûlante liqueur destinée à abrutir les consciences. Il n’y eut que le primesautier monsieur du Marais, du parti des Jardiniers, pour voir du vert dans le discours de Sa Gazonneuse Propagande. Il voyait du vert partout. Quant à ce qui défrayait la chronique – les protestations contre les violences de la maréchaussée et les quolibets haineux et rassistes dont certains des argousins étaient bien trop coutumiers – Notre Petit Pyromane tenta bien de redonner quelques gages à la partie de la population dont les poils se hérissaient face à ces « Nègres » qui voulaient s’en prendre aux statues. Las ! Il ne rassura personne et mécontenta tout le monde.

Cependant, dans la bonne ville de Massalia, – là où un vieux chêne, dont le tronc manquait cependant de cette noblesse d’âme qui font d’ordinaire les grands arbres, avait laissé choir bon nombre de glands- on n’avait cure, comme à à l’accoutumée, de ce qui se passait à la capitale. On y protesta aussi vigoureusement contre les débordements de la maréchaussée, mais les yeux des Riens et des Riennes se fixaient surtout sur la baronne Tine de La Vasse, prise les deux mains dans un grand pot de confiture, dont elle avait espéré pouvoir se régaler en toute impunité et ainsi remporter le Tournoi des Bourgmestres. L’affaire était la suivante : des gens de madame de La Vasse avaient cru bon de proposer aux habitants – qui n’osaient point se déplacer à cause des miasmes pour assister au Tournoi -, de choisir à leur place les vainqueurs, et apporter ainsi des suffrages supplémentaires à la baronne. L’affaire fit grand bruit. Des gazetiers de la capitale s’y employèrent.

La baronne, tout occupée à rédiger un billet pour obtenir un rendez vous avec Gracchus Mélenchonus – pour qui elle nourrissait en secret une admiration sans bornes – fit l’innocente. Comment avait-on osé comploter dans son dos de telles turpitudes ? Elle se récria, clama son innocence et pour preuve de sa bonne foi, demanda que l’on annulât incontinent toutes ces procurations, lesquelles avaient été usées abondamment au moment du premier tour de piste, le quinze du mois de mars. Ce faisant, elle fâcha fort madame de la Galinette Centrée, dont d’aucuns murmuraient qu’elle avait passé des accords secrets avec madame Tine de La Vasse. Sur les terres de la première, on avait eu aussi, semblait-t-il, beaucoup recours à ces bons offices procuratoires. Les miasmes avaient été bien complaisants. Un ennui n’allant jamais seul, Madame Tine de La Vasse dut essuyer une nouvelle déconvenue. Gracchus Mélenchonus lui fit publiquement savoir, en des mots fort choisis, qu’il déclinait son invitation. Il lui proposait en échange d’aller se mettre au vert et goûter aux cerises des Printaniers, lesquels entendaient bien faire souffler un vent de fraicheur sur les rives du Lacydon, depuis les collines des calanques jusque dans les faubourgs du village de Saint-Antoine.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne, aux Ides de Juin.

Poster un commentaire

Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de la grippe pangoline

Chronique du quatorze du mois de juin de l’an de disgrâce 20

Où il est question de crise d’adolescence, de repentance et de diversion…

Monseigneur le duc de Gazetamère se trouvait encore bien embarrassé du côté de l’estomac, lequel lui causait moult aigreurs. Pire ! Tout indiquait qu’il s’était infligé cette indigestion pour rien. Voilà maintenant que les argousins rouspétaient tant et plus de ce que leur Chambellan se fût mêlé de leur donner des ordres, et que les gueux ne lui en étaient point reconnaissants, tout au contraire. Il n’y avait rien de pire que l’ingratitude. D’aucuns plaignirent ce pauvre duc. D’autres leur répliquèrent qu’il n’avait là que ce qu’il méritait. On réexamina l’affaire. Dès lors qu’il était devenu – à la faveur de la désertion du vieux duc de Colon – Chambellan aux Affaires Domestiques et chef des argousins, ce brave duc n’avait rien fait. Ceux qui ne l’aimaient point – et ils étaient nombreux – disaient fielleusement qu’il avait tout au contraire encouragé les pires vilenies au sein de la maréchaussée. En fermant les yeux sur ce qui s’était passé dans le pays pendant la Première Grande Gileterie, en niant les violences commises – le tableau de chasse des argousins se remplissant chaque samedi, ces dénégations tournaient à l’absurde – le duc de Gazetamère avait tout uniment donné son absolution à la cruelle répression que le Roy avait fait s’abattre sur les gueux, lesquels avaient été généreusement estropiés et éborgnés. Ce grand serviteur échoua donc piteusement dans sa tentative de reprendre la main. Nul ne lui accordait plus aucun crédit, si tant est que cela eût pu se produire un jour, sauf aux tables de jeu. La Chatelhaine de Montretout, toujours à l’affût de la moindre petite querelle pour faire l’importante – pendant l’épidémie, elle s’était terrée au fond de son château et on ne l’avait donc point entendue déverser sa bile – fit haro sur ce pauvre Rantanplan, réclamant sa tête. « J’ai déjà demandé dix fois au Roy qu’il démissionne le duc de Gazetamère, je peux le faire une onzième fois » fanfaronna-t-elle au sortir d’une visite qu’elle était allée faire de façon tout impromptue à des argousins qui sévissaient dans les faubourgs de la capitale. Elle les avait cajolés d’importance et assuré de son soutien. Sans nul doute en avait-elle profité pour répandre une nouvelle couche de fiel sur des esprits déjà bien aigris.

Ces braves pandores étaient aussi l’objet de toutes les attentions des gens de Sa Précautionneuse Pétocherie. Ils avaient en effet menacé de cesser leur besogne. Comment dès lors protéger le régime contre la populace ? Pour leur être agréable, on décida de leur laisser la bride sur le cou. Le Sieur Teutonic, le Grand Gouverneur de la place de Lutèce, qui avait tout naturellement choisi son camp, autorisa fort libéralement une petite poignée d’entre eux à parader le vendredi, non loin du Château, ceci alors que les rassemblements étaient toujours sévèrement proscrits. De son côté, la marquise de Belleloupée, qui venait d’échouer lamentablement dans la mission de confusion des pouvoirs que lui avait confié – bien inconsidérément – Notre Ubuesque Tyranneau, eut pour ces petits poulets les indulgences d’une mère fort permissive. Elle déclara avec une grande condescendance et une ahurissante sottise qu’il s’agissait là d’une « petite crise » et que cela passerait.

Or doncques, Monseigneur le duc, transi devant le déferlement de colère qu’il avait provoqué, tenta de régurgiter son chapeau. On tolérerait quelques menus étranglements, du moment que cela ne fît point passer de vie à trépas les contrevenants sur qui l’on était bien contraint de s’acharner un peu. Quel mal y avait-il à cela ? Quant à ce qu’il en était des méchants quolibets et des soupçons très avérés de haine envers ceux que l’on supposait inférieurs en raison de la couleur de leur peau, on continuerait de regarder ailleurs. Tout ceci fâchait très fort toute une jeunesse qui ne supportait plus d’être aussi mal considérée. Une mode nous était parvenue du pays de Donald le Dingo, qui consistait à se passer le visage au brou de noix pour comprendre ce que cela signifiait que d’être né noir de peau. Or, l’Empire des Amériques et notre pays n’avaient point connu la même histoire. La Grande Révolution avait fait naître la République et ses idéaux, lesquels avaient cependant été bien mis à mal avec l’époque des colonies puis celle des décolonies, mais il subsistait, au fond des mémoires et au fronton des édifices, une maxime qui s’adressait à toutes et tous, quelle que fût la couleur de leur peau, leur religion réelle ou supposée, ou leur mécréance. Cependant, cela ne suffisait plus à certains, car la République avait hélas failli et continuait de le faire. L’on avait ainsi vu arriver depuis l’Empire des Amériques une nouvelle doctrine, que l’on appelait le « rassialisme », laquelle prétendait combattre mieux le « rassisme », ce poison fabriqué il y avait bien des siècles pour justifier d’ un système économique, lequel se résumait en deux mots et avait créé bien des fortunes de grandes familles: esclavage et exploitation. « C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe », avait bravement écrit Monsieur Voltaire dans un conte fort célèbre que l’on lisait encore dans les grandes escholes et les gymnases.

On ne comprenait hélas que trop bien comment cette théorie, qui voulait que les blancs de peau se couvrissent aussi la tête de cendres en punition des péchés de leurs ancêtres, séparait bien plus qu’elle ne rapprochait et combien elle comblait d’aise les rassistes et les haineux. A une odieuse construction empoisonnée en succédait donc une autre, sous le vertueux prétexte de combattre le poison. A ce compte-là, il eût aussi fallu demander à tous les Riens de se travestir en Riennes pour comprendre ce que cela faisait que d’être l’autre moitié du Ciel. D’aucuns en avaient usé, et on ne savait s’ils en étaient ressortis meilleurs que ceux qui se contentaient de mettre sagement leurs idées en pratique. Et il eût été bon d’en faire de même avec les gitons et les tribades, que l’on accusait d’être des Sodomites pour les uns, des adoratrices de Sapho pour les autres. Ou avec les Juifs, dont certains imaginaient toujours qu’ils fomentaient un complot…Idem avec les Mahométans sur qui les séides de la Chatelhaine de Montretout vomissaient leur bile âcre, les accusant de vouloir convertir sur l’heure les infidèles. On oubliait que tout était affaire d’éducation et de foi en l’intérêt général, et qu’en ce qui concernait les races, elles n’existaient pas. L’humanité était née noire. Les latitudes et les climats avaient fait le reste, distribuant les couleurs au gré des migrations des humains.

L’ancien Premier Grand Chambellan du roi Françoué dit le Scoutère, le duc de Nantes, inspiré par ce qui se passait de l’autre côté de la Manche, où l’on déboulonnait les statues des anciens oppresseurs, voulut se rendre intéressant. Il proposa tout uniment que l’on débaptisât à la Chambre Basse le salon portant le nom de Colbert, lequel avait été à l’origine du très infamant Code Noir. Il lui fut répondu acerbement par monsieur le duc d’Anfer que c’était chose étonnante que monsieur de Nantes n’y eût point songé avant, lui qui avait été bourgmestre de sa bonne ville pendant nombre d’années, et qu’il y existait toujours une rue Colbert.

De son côté, Notre Malveillant Opportuniste, ayant entendu avec nostalgie ce que lui susurraient ses Conseillers- « Sire, c’est le moment de faire diversion, faites donc appel à cette bonne duchesse de Sitarte, elle suscitera des quolibets, nous pourrons ainsi justifier que Votre Majesté est du côté de ces jeunes gens, pour lesquels Elle a toujours fait montre d’une certaine attirance, le passé nous l’a prouvé.. », chargea donc sa chère Madame de Sitarte de lancer une Grande Parlotte sur « l’influence de l’origine ethnique sur la réussite sociale ». Sa Grande Turpitude espérait ainsi cacher fort habilement cinq mois d’épidémie – laquelle n’avait du reste nullement disparu-, plus de trente mille morts, une économie durement touchée, des hôpitaux en passe de devenir des hostelleries de luxe, et le marasme à venir pour des millions de Riens et de Riennes qui allaient se trouver sans labeur donc sans le sou. L’instant était on ne peut mieux choisi. Ce fut aussi le moment où Françoué dit le Scoutère annonça fort pompeusement à une gazette du Royaume Transalpin qu’il songeait fort à un retour : « la vie est pleine de sollicitations mais aussi d’imprévus » pontifia-t-il, plein de cette fausse rondeur qui en avait trompé plus d’un.

On arrivait au soir du dimanche où Notre Pulvérulent Bonimenteur avait choisi d’infliger une nouvelle jacasserie à son peuple de vils récalcitrants. Tout le pays était dans l’attente. Le suspense était insoutenable.

Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit le Démiurge.

Chronique du dimanche septième jour du mois de juin de l’an de disgrâce 20

Où il est question d’une certaine pièce, de conciliabules et d’une folle distribution…

Notre Médiocre Scribouilleur s’était mis en tête d’écrire non point l’acte III de son règne, mais une toute nouvelle pièce, laquelle était destinée à le « réinventer » aux yeux du monde. La péripétie de la grippe pangoline avait été fort plaisante à conduire, Sa Fondante Sucrerie s’y était follement amusée à revêtir moult panoplies, à asséner moult discours, à apparaître un jour masquée, le lendemain le nez au vent. Tout ceci lui avait fouetté le sang et l’inspiration s’en était trouvée stimulée. On allait enfin sortir des sentiers battus où l’on s’était suffisamment crotté les chausses. Foin des idéologies, avait martelé rêveusement Notre Filandreux Discoureur, ces miasmes n’avaient-ils point tout bonnement sonné l’avènement d’une nouvelle ère, laquelle finirait en apothéose ? Le triomphe imaginé serait tel que le Tournoi de la Résidence Royale deviendrait inutile. Sa Hauteur Enneigée se succéderait à Elle-Même. Le Roy convoqua les présidents des Chambres, puis les chefs emplumés des Guildes de Laborieux, afin de faire mine de leur demander conseil pour l’écriture de sa pièce. Il les écouta d’une oreille fort complaisante débiter toutes leurs billevesées et autres fariboles, rien de ce que ces faquins ne pouvaient sottement suggérer n’était aussi brillant, aussi vertigineux, aussi éblouissant que le magnifique et disruptif scénario qu’il venait de concevoir.

Il restait encore à convoquer les anciens rois déchus que l’on consulterait aussi. Ils n’étaient plus que trois encore en vie. Le roi Valkirie était fort gâteux, bien que cela ne l’empêchât point de lutiner les soubrettes. Le gros Francoué dit le Scoutère se montrait aussi ennuyeux qu’un sous-gouverneur de province. Il s’endormait au premier hors d’oeuvre. Par bonheur pour Notre Délicat Amphytrion, il y avait le roi Nico dit Les Casseroles, son grand ami, lequel était devenu un habitué des soupers somptueux que Dame Bireguitte, qui aimait mener grand train, faisait servir chaque semaine aux frais des Riens et des Riennes. On y croisait tout ce que le royaume comptait d’importants et d’intrigantes. Ainsi le marquis de la Vileté, ce fougueux et intraitable Vendéen dont Sa Pâle Toquade s’était entichée – bien qu’aux dires du premier, ils n’eussent été en accord sur rien -, avait-il rendu lors d’un de ces soupers, un hommage fort appuyé à son hôtesse, Dame Bireguite, la comparant à la reine Clotilde, l’épouse de Clovis. Le marquis avait ainsi élevé Notre Minus Carolus au rang de fondateur d’une nouvelle dynastie, celle des Caroténiques. Le Roy avait su récompenser la ferveur de ce grand marquis et c’était ainsi que lui avait généreusement été accordé, au sortir du Grand Confinement, le droit de rouvrir son domaine où l’on célébrait chaque été le non-avènement de cette maudite Révolution, alors que tous les théâtres restaient désespérément clos.

Le grand œuvre de Sa Sidérante Imposture était en bonne voie, on en dévoilerait la trame dans les premiers jours du mois de juillet au cours d’une grande allocution. Le titre en était déjà tout trouvé : Qu’on corde la Starteupenéchionne ! Cela claquerait tel un oriflamme au vent de la postérité. Il y aurait des péripéties et des rebondissements, chaque acte serait un feu d’artifice. L’un d’eux traiterait du retour de la Réforme des Vieux Jours, à laquelle Notre Obstiné Tyranneau ne voulait point renoncer, tant cette machination lui permettrait de mettre son peuple trop rétif en totale sujétion. La misère faisait taire toute rébellion. Il s’agissait en vérité de mettre la Terre en orbite autour de Jupiter, métamorphosé en astre solaire, dans ce mouvement perpétuel qu’était l’enmèmetantisme, principe fondateur et fuligineux de la pensée royale. Il ne restait plus qu’à trouver les acteurs et distribuer les rôles.

Sa Poudreuse Gérance faisait passer des auditions. Les antichambres et les coursives ne désemplissaient plus. Madame de La Courge s’y voyait déjà. Elle entendait bien « peser » désormais plus lourd que son bien piètre bilan. Elle fut invitée à une causerie chez Madame du Chiendent. Elle y apparut, toute de candeur et de probité virginales vêtue. On eût dit qu’elle venait de prendre le voile, tant elle semblait confite en dévotion et en modestie. Madame du Chiendent, tout à l’opposé du fiel qu’elle venait de cracher à la tête de Gracchus Mélenchonus, enroba la marquise dans un épais sirop de connivence enrichi d’une obséquieuse pommade. L’autre ne se sentit plus d’aise, se répandant telle une flaque en niaiseries et nitoucheries convenues, dans lesquelles il faut reconnaître qu’ elle excellait. Elle parla des corvées de linge qui épuisaient les Riennes et de congé pour les Riens à fins de bercer leurs nouveaux-nés, au moment où il était question en tout lieu de faire travailler davantage. Elle se trouvait fort spirituelle. Un vieux gazetier présent dans le salon de Madame du Chiendent fit montre de causticité avec notre belle marquise. Le Roy approuvait-il tout ce qu’elle proposait ? On se demanda in petto si Notre Abyssal Visionnaire avait prévu dans sa pièce le rôle de la Cruche de service. Si oui, nul doute que madame de La Courge pourrait à nouveau prétendre pouvoir interpréter son propre personnage. Ce ne serait en rien un rôle de composition.

Le vicomte d’Amonbeaufisse, à qui on n’avait rien demandé – il se murmurait que le Roy ne pouvait guère le supporter plus de trente secondes – se piqua de se mêler de la distribution des rôles. Avec une obséquiosité sans pareille, il fit parvenir à Sa Divine Altitude une proposition secrète, laquelle était le résultat d’une périlleuse recherche, tant les prétendants étaient difficiles à recruter. Une indiscrétion commise par un ennemi du vicomte permit que cette proposition fût rendue publique. On commenta abondamment les élucubrations commises. Tous les rôles, même les rôles de Chambellanes, étaient dévolus à des hommes. Le duc de l’Amer avait le premier rôle, mais on s’endormirait à la première réplique. Le duc de Gazetamère se retrouvait Chambellan aux Armées – nul doute que les mutineries éclateraient illico- et Monsieur d’Amonbeaufisse faisait triomphalement revenir de l’Ibérie le Grand Vizir Manolo pour l’installer aux Affaires de l’Extérieur. On aurait incontinent deux ou trois guerres sur les bras. Aucun des Dévôts de la Chambre ne fut jugé apte à prétendre avoir droit à la moindre réplique. Tous, sauf un. Monsieur d’Amombeaufisse s’était réservé le rôle jusqu’ici occupé par Madame de Sitarte. Il n’aurait pas plus besoin que madame de La Courge d’avoir recours à la composition. On troquerait une sotte suffisance contre une suffisance satisfaite. Le Roy n’y perdrait rien au change.

#ChroniquesDuRègneDeManu1erDitLeDémiurge

Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit le Calculateur.

Chronique du quatrième jour du mois de juin de l’an de disgrâce 20

Où il est question d’auspices, de turpitudes et d’infamie.

Notre Impérial Ephèbe, que l’on avait tant vu et tant entendu pendant l’épidémie de la grippe pangoline, était devenu invisible. Les supputations allaient bon train. Nul doute qu’il méditait et songeait en son Château. La vérité était que le Roy avait fait en secret le voyage de Delphes pour y rencontrer la Pythie afin qu’elle lui fît savoir ce qu’Apollon pensait de sa princière personne. La devineresse – qui ne se trompait jamais- répondit qu’il n’y avait aucun homme plus arrogant, plus suffisant, plus calculateur. On avait aussi observé le vol des oiseaux – avant qu’ils ne fussent tous tués par les chasseurs, si chers à Sa Cynégétique Arrogance- pour en tirer quelques présages. Las ! Ils restèrent muets. Les carottages – ces modernes auspices – se révélaient quant à eux fort cruels. La cote de Monsieur de la Flippe, duc du Havre et encore Premier Grand Chambellan, connaissait une belle remontée. Celle de Notre Sépulcral Timonier restait fixée sur une barre que l’on avait scellée dans le marbre afin qu’elle ne pût jamais descendre en dessous d’une certaine marque, de sorte que l’on ne savait qu’une chose : cela ne remontait plus. Il était grand temps de se débarrasser de cet gênant duc du Havre. II faisait de l’ombre à Sa Bouchonneuse Offuscation. Le Tournoi des Bourgmestres, où ce duc était tenu – et ce de façon tout à fait incompréhensible – pour gagnant, allait en donner une excellente occasion. Revenu de Delphes, le Roy continuait de consulter les devins et autres mages qu’il avait réuni en un secret cénacle, afin de renaître de ses cendres, tel le Phénix de l’Occident.

Une chose était maintenant certaine : le Chevalier d’Alanver ne serait point fait duc. Tel Icare, il avait volé trop près de l’Astre Solaire et s’y était, l’impudent, brûlé les ailes. L’affaire de la potion magique du Savant de Marseille continuait de faire couler de la salive. Il apparaissait, après les fracassantes annonces de l’angloise gazette dont s’était servi le Chevalier pour interdire l’usage de la potion en tout lieu dans notre pays, y compris dans les hôpitaux, que la dite gazette émettait maintenant quelques réserves sur cette recherche, encensée et louangée avec force tapage quelques jours auparavant, et que trois des médicastres ayant trempé dans l’affaire vinrent à leur tour de se rétracter. Tout cela était fort consternant et fort embarrassant pour le Chevalier. On murmurait de plus en plus qu’en interdisant qu’on usât de cette médecine, cet ancien médicastre – qui avait en son temps fait le serment d’Hippocrate – avait sans nul doute privé des Riens et des Riennes du droit à pouvoir être soignés. On s’interrogeait, jusque dans les gazettes où l’on n’avait eu de cesse de vilipender le Savant. Et si ce professeur Klorokine avait été dans le vrai ? A Massalia, dans sa bonne ville, peu en doutaient : on y était moins mort qu’ailleurs, sans doute parce qu’au lieu de rester grelotter de fièvre au logis, selon les prescriptions que les Lucarnes Magiques avaient seriné à longueur de journée, on était allé tout bonnement se faire passer un écouvillon au fond des naseaux et recevoir s’il en était besoin quelques cachets de la médecine tant honnie à la capitale. On en avait vite compris la véritable raison de cette mise au ban de cette potion : elle ne coûtait pas grand chose et venait contrarier les appétits féroces de la maison Biquefarma. Le Chevalier d’Alanver avait été un des plus acharnés à vouloir la peau du docteur House. Il occupait la meilleure des places pour ce faire. Il était Chambellan à la Malportance. Comme la prétendue recherche s’était avérée un faux, il lança alors la justice aux basques du Savant. Mais quels étaient donc les buts non avoués des manigances du Chevalier ? Pour le compte de qui donc œuvrait-il ainsi ? Les funestes conséquences étaient dans toutes les têtes. Les vieillards dans les hospices qui n’étaient point morts de la grippe pangoline s’éteignaient maintenant de désespoir, privés de la tendresse des leurs pour accompagner leurs derniers instants.

Il ne se passait plus une semaine sans que les gazettes et les Lucarnes Magiques ne s’intéressassent à l’Oracle Massaliote. Après monsieur du Pyjamas qui était allé fielleusement se prosterner et faire mine de se repentir, sa perruque en tressautant de révérence, ce fut au tour de La Bonne-Fille-de-Son-Maitre de dépêcher sur les rives du Lacydon deux gazetières tout empourprées dans leurs atours et leurs falbalas, qu’elles craignaient fort de crotter dans les ruelles de l’antique cité, madame de l’Aile-Griffe, que l’on ne présentait plus tant ses talents de Dévôte la précédaient en tout lieu, et une certaine petite madame de Prouteproute, qui se piquait de connaître la médecine, alors qu’elle ne savait que gloser inconsidérément. On eût dit les Érinyes mues en gardiennes de la bien-pensance et du dogme de la Pensée Unique, chargées d’une mission persécutrice. Las ! Tout ceci tourna court. Madame de Prouteproute, alors qu’elle interrompait le Savant par son vain et sot caquetage, se fit vertement rabrouer telle une écolière insupportable. Cela réjouit plus d’un Rien et plus d’une Rienne, et ajouta encore à la réputation d’insubordination toute gauloise de ce Savant au franc-parler. Madame de l’Aile-Griffe ne fut pas plus épargnée, elle ne le méritait guère. Elle posa avec beaucoup d’affectation cette pendante question : aurait-t-on pu grâce à cette potion de quatre sous sauver plus de vies ? Monsieur House répondit tout uniment que oui, rajoutant sévèrement: « vous n’avez pas honte ? Moi, oui ». Mais cette courtisane était tout à fait étrangère à ce genre de considérations qu’elle laissait volontiers aux gueux, son adoration pour Notre Délicieux Biquet et son fort confortable train de vie lui tenant lieu de préceptes. Monsieur House fit ainsi la preuve par deux de la vanité insupportable de ces Trissotines et de leurs pairs, qui croyaient tout savoir mais ne savaient rien.

Le Chevalier d’Alanver était aussi bien empêtré avec ce qui se passait à l’hôtel de Ségur. Des fessées se perdaient. Ce perfide avait volontairement oublié d’y convier les carabins, et les nurses estimaient n’avoir point voix au chapitre. L’affaire était fort mal engagée. Une décision de justice obligea l’oublieux Chevalier à recevoir une délégation de carabins. Quant aux nurses, les pauvres, elles en furent pour leur frais mais elles firent connaître bruyamment leur colère. Et ce n’en était que le début. Pour parfaire le tableau, on apprit que la Starteupenéchionne allait contraindre à la faillite les fabricants de masques du pays, car on préférait perfidement les acheter par cargaisons aux Fils du Ciel. Des voix s’élevaient aussi pour dénoncer l’usage intempestif chez les bambins des alcoolats destinés aux ablutions des mains. Il n’y avait d’ailleurs point seulement les bambins qui risquaient sur le long cours leur santé : ces alcoolats contenaient moult substances qui vous rendaient stérile et vous mettaient l’organisme sans dessus dessous. De deux maux, il fallait choisir le moindre mais on peinait à distinguer lequel il fallait préférer.

Madame de Sitarte provoqua un tollé à la Chambre Haute, et le départ des vieilles badernes fort courroucées de son invraisemblable aplomb. Elle leur infligea ni plus ni moins un camouflet en leur répondant d’une façon qu’ils estimèrent « sotte et blessante ». Nul n’en fut étonné, tant ces deux qualificatifs la définissaient des pieds à la tête. Elle avait justifié une fois de plus les agissements du gouvernement de Notre Injurieux Badinguet – qui n’avait de cesse d’humilier quiconque n’appartenait point à la caste des Dévôts – en faisant un appel des plus oxymoriques à « l’intelligence collective » et aux sacro-saints « gestes barrière », lesquels étaient mis à toutes les sauces.

Quant à monseigneur le duc de Gazetamère, en tentant d’apparaître comme le Chambellan aux Affaires Domestiques, ce qu’il était en théorie, il se mit à dos une guide d’argousins qui avait tout de la ligue factieuse et entendait mener comme bon leur semblait leur institution, laquelle on l’allait voir prenait dans certaines villes un bien mauvais chemin. Quel avait donc été le crime de Rantanplan ? Il avait benoîtement fait savoir que chaque manquement au règlement concernant la bienséance et la politesse, « y compris des expressions racistes » serait sanctionné. Outre que le duc oubliait qu’il existât une telle instance au sein des argousins pour surveiller et punir – si l’on surveillait effectivement, on ne punissait que très peu sauf si cela était trop voyant – , il se contredisait lui-même de surcroît, ayant affirmé quelques jours plus tôt que pareille chose n’arrivait jamais. Las !L’affaire venait cette fois de l’intérieur de la maison Poulaga. Des propos haineux avaient été rapportés par un argousin, lui-même victime du fanatisme de ses acolytes au motif de la couleur de sa peau, et horrifié par ce qu’il avait entendu. La victime avait porté l’affaire devant sa hiérarchie, mais rien ne s’était passé. Ses persécuteurs sévissaient toujours. La gazette de monsieur Plénus s’associa à une Lucarne Magique réputée pour son esprit pour faire connaître les dits propos, lesquels avaient été gravés dans le marbre par le courageux lanceur d’alerte. C’était pour le moins édifiant et difficilement soutenable. Les argousins se laissaient aller sans vergogne à une logorrhée des plus haineuses, de laquelle il ressortait que ces braves « gardiens de la paix » verraient du meilleur œil voir advenir une guerre pour « régénérer l’espèce humaine et surtout la race blanche ». Ils s’armaient du reste en prévision. Ils déversaient pêle-mêle leur haine des femmes, des nègres, des juifs et des bougnoules, sans que cela ne sautât aux yeux de l’institution – chargée en principe les bonnes pratiques de la maréchaussée, la dite Igépéhenne, dont Rantanplan avait oublié l’existence – dûment avertie, que cela pût être contraire à l’exercice de leurs fonctions. En d’autres temps, la maréchaussée avait eu pour mission de protéger. On constatait avec effarement et rage que pour un hélas trop grand nombre d’entre les argousins, il s’agissait maintenant de livrer une guerre au peuple. Ces moutons enragés avaient essaimé, on les avait laissé paitre dans les marécages fangeux et voilà maintenant qu’ils jetaient l’opprobre et l’infamie sur toute l’institution, qu’ils désignaient à la vindicte populaire, mettant en danger celles et ceux qui étaient restés vertueux, car il en était resté. La question pendante était de savoir comment on en était arrivé là.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne en cette fin de la première semaine de la deuxième phase du Grand Déconfinement.

#ChroniqueDuRègneDeManu1erDitLeCalculateur

Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit le Foutriquet.

Chronique du deuxième jour du mois de juin de l’an de disgrâce 20

Où il est question de cerises, de tumultes et de colères.

Dans la bonne ville de Massalia, les parades du deuxième tour du Tournoi des Bourgmestres avaient commencé. La baronne Tine de la Vasse était allée se répandre en lamentations auprès des gazetiers de la capitale, prédisant l’apocalypse, on l’eût dit réincarnation du prophète Philippus drapé de blanc, frappant sur son gong pour annoncer au monde la survenue d’un astéroide. Aux dires de la baronne, celui qui menaçait la Canebière – et par la même occasion la petite entreprise de gouvernance de la baronne, laquelle entendait être tout à la fois, dans cet enmèmetantisme si cher à Notre Prince des Nuées de Sauterelles, bourgmestresse et doublement présidente de la Grande Ville et du Département, avait un nom : les Rouges. « Est-ce qu’on veut que cette ville passe aux Rouges ? », telle était la fracassante question que brandissait la baronne, drapée dans son blanc étendard tout versaillais, et de développer à l’envi sa vision apocalyptique de l’Armée Rouge défilant sur la Canebière au son d’une tonitruante Internationale. Celles et ceux qui entendaient mettre fin aux agissements de la baronne et de sa clique, étaient en vérité parés de toutes les couleurs que peut revêtir le printemps.Le vert était celui de l’espoir, le rouge celui des cerises, dont on n’avait jamais, au fond des cœurs, oublié le temps. Les merles moqueurs voulaient prendre leur revanche. Dans les quartiers du nord de la cité, la baronne de la Galinette Cendrée, se prenant pour une icône, s’affichait sur le moindre mur. Le procédé tenait d’une forme aiguë d’incontinence. Toute autre expression était proscrite. Madame Tine de la Vasse était atteinte de la même maladie. On ne voyait qu’elles.

Dans tout le pays, on n’entendit que ceci : le doux bruit des chaises sur les terrasses des estaminets qui avaient enfin reçu l’autorisation de faire couler la cervoise fraiche. Mais la liberté n’était point totalement retrouvée, il fallait avoir recours à moult contorsions pour pouvoir poser son fondement sur une chaise. La cervoise eut ce premier jour un goût d’entrave. Un autre bruit se fit entendre : les clameurs de Riens et de Riennes qui réclamaient justice pour une affaire qui ressemblait étrangement à celle qui embrasait l’Empire des Amériques. Cela faisait quatre longues années que les proches d’un jeune Rien – qui avait aussi commis la faute d’être né noir de peau – affirmaient que sa mort était survenue par asphyxie après qu’il avait été maintenu au sol par des genoux brutaux. Dans l’Empire des Amériques, la thèse défendue par les Haineux et les Rassistes – qui voulait que ces quidams eussent tout bonnement succombé à une maladie inconnue et tout autant que subite – avait fait long feu. Il ne faisait aucun doute qu’il y avait eu homicide. Chez nous, les choses avaient traîné en longueur. La justice avait produit dans l’affaire des études affirmant que les argousins n’y étaient pour rien. Mais la famille avait persévéré. Et voilà qu’un médicastre, mandé par les proches éplorés, avait rendu un autre verdict : il se prononçait pour l’asphyxie. Un grand attroupement, malgré l’interdiction qui était toujours faite de se rassembler à plus de dix quidams, se fit du côté de Bobigny. Les argousins se postèrent sur une éminence pour mieux gazer la foule, qui scandait les derniers mots de l’infortuné Rien d’outre-Atlantique : « I can’t breathe ».

A la Chambre Basse, les députés avaient obtenu que l’on se mît autour d’une table afin d’examiner comment le gouvernement avait mené le pays pendant l’épidémie de grippe pangoline – laquelle n’avait peut-être pas dit son dernier mot. Allait-on enfin faire le compte des bévues et autres turpitudes commises et porter réclamation ? Celles et ceux qui eussent pu se laisser aller à rêver pareille chose en furent vite pour leur frais : l’âme damnée de Notre Mensongeux Timonier, le duc d’Anfer, s’autoproclama président et secrétaire de ladite table. La messe était dite. Il ne restait aux Riens et aux Riennes qu’une voie que leur montrait Sa Sirupeuse Malveillance : celle de la soumission. La chancelante et bafouillante douairière de la Peine-En-Ecot incita les patrons et les maitres des forges à baisser les rétributions de leurs ouvriers : si vous gagniez cent sous, on ne vous en donnerait plus que quatre vingt, à condition que vous travailliez douze heures au lieu de dix, et encore deviez-vous vous estimer heureux que l’on vous permît de travailler car il ne faisait plus aucun doute qu’on allait jeter en masse des laborieux comme on se débarrassait des encombrants. Ainsi ceux qui, pendant le Grand Confinement, avaient œuvré nuit et jour dans une manufacture de sucre à produire de l’alcool pour les alcoolats nécessaires aux saintes ablutions venaient-ils d’apprendre sans autre forme de procès que leur manufacture allait tout bonnement fermer. Ce n’ était que le début de la misère.

Notre Enjoué Foutriquet appelait cela « le retour des Jours heureux ». Il en allait de même pour les hôpitaux. Les promesses du Roy ressemblaient fort à des miroirs aux alouettes. Comprenant que la baronne du Notabenêts était juste là pour faire de l’animation telle une joyeuse missionnaire, que d’écus en plus dans les bourses désespérément plates il n’y en aurait point, et que, pendant que l’on perdait son temps à de vaines parades, la transformation des hôpitaux en hostelleries de luxe continuait bon train, une guilde de nurses et de gardes-malades décida pour de bon de jeter le gant, dénonçant « une parodie ». La révolte grondait de tous côtés.

Le bouillant tribun Ruffinus fit une nouvelle fois les frais du mépris que la Faction de la Marche professait pour quiconque n’appartenait pas à leur secte. Ce député du peuple s’était ému de ce que les pauvres soubrettes qui avaient en charge la propreté de la Chambre Basse fussent aussi peu rétribuées et qu’on ne leur majorât jamais leur maigre salaire pour être obligées de travailler aux petites heures de la nuit. N’écoutant que son cœur – cet organe ne lui faisait jamais défaut – il se mit en tête d’écrire une loi afin d’améliorer leur sort. Las ! La Faction de la Marche mit la main sur ce beau projet. A l’inverse de monsieur Ruffinus, les Dévôts du Roy n’avaient ni cervelle ni cœur. Ils vidèrent les écrits du tribun de leur substance, la remplaçant par un ersatz qui était censé tenir lieu de principe, lequel aurait pour effet de rendre encore plus dure la condition des pauvres femmes. Lorsque monsieur Ruffinus, prenant connaissance de ce saccage, annonça qu’il n’approuvait point ce qu’était devenu sa loi, la cheffe des Dévôts qui présidait à l’examen des textes, se gaussa sottement, les autres, ne sachant que suivre, entonnèrent le même petit refrain méprisant, ricanant derrière leurs masques. C’en fut trop pour le tribun qui explosa de rage contenue.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne, dans les premiers jours du mois de juin, dans la deuxième phase du Grand Déconfinement.

#ChroniqueDuRègneDeManu1erDitLeFoutriquet

Poster un commentaire

Chronique du règne de Manu 1er dit le Reconnaissant

Chronique du premier jour du mois de juin de l’an de disgrâce 20

Où il est question des travailleurs de l’ombre que l’on pourchasse et des serviteurs de la Phynance que l’on distingue.

Pendant que dans l’empire de Donald le Dingo, l’embrasement continuait, dans notre beau et riant pays, l’avant-dernier jour du mois de mai fut émaillé par de nouveaux méfaits du Sieur Teutonique, le Grand Gouverneur de la place de Lutèce. Ce reître noir fit mater une manifestation de pauvres hères fuyant la guerre et la misère, que l’on désignait de la triste appellation de « sans-papiers », n’ayant jamais obtenu les documents qui leur eussent permis, à leur arrivée sur le sol de la vieille République, de pouvoir y vivre au grand jour. Ils occupaient dans l’ombre de besognes mal rétribuées : domestiques, servantes, femmes de chambre, éboueurs…tout un petit peuple d’invisibles sans lequel les hôtels, les estaminets, les cafés, les gargotes, les bureaux et les rues n’eussent été que des lieux sales et mal tenus. L’épidémie de grippe pangoline et le Grand Confinement leur avaient été très cruels. Bravant l’interdiction de manifester, ce peuple de l’ombre arpenta le pavé, bras dessus bras dessous avec les bons Samaritains qui se faisaient un devoir d’assistance et de fraternité, ainsi que ces damnés d’Engiletés, dont Notre Sanglant Jupithiers avait cru s’être débarrassé, à force d’avoir ordonné qu’on leur crevât les yeux ou qu’on leur arrachât une main. Les argousins se firent une joie de gazer tous ces séditieux afin de les disperser et de les faire rentrer à nouveau dans l’ombre. Ils avaient bien tenté, pour les empêcher de battre le pavé, de mettre force amendes à ces gueux mais ceux-ci leur avaient répondu qu’ils ne paieraient pas, décontenançant fortement les argousins. Dépités, ces féroces serviteurs de l’ordre s’étaient vengés par la suite en jouant de leurs sulfateuses.

On causait beaucoup de ce qui se passait dans l’Empire des Amériques. Un certain médicastre de salon, trop insignifiant pour qu’on retînt son misérable patronyme, qui se targuait de connaître les maladies du cœur, alors qu’il en était totalement dépourvu, glosa tant et plus dans une Lucarne Magique, pérorant benoîtement que le pauvre homme que les argousins de la maréchaussée de Donald avaient étouffé en lui écrasant le cou de leurs genoux était mort de sa belle mort, s’étouffant tout seul, le maladroit, d’on ne savait quelle maladie inconnue. Il produisit un discours des plus révulsants, devant des gazetiers nourris-aux-croquettes, qui se contentèrent de sottement hocher la tête et d’approuver, comme avant eux leurs ancêtres avaient disserté de la sorte pour savoir si les Noirs avaient une âme. De l’autre côté de la Lucarne magique, les Riens et les Riennes se sentirent monter la rage. Pendant ce temps, dans les Amériques, des argousins révoltés par la violence de leurs congénères, mettaient genou à terre en signe de fraternisation avec les manifestants.

Au Château, Sa Poudreuse Perfidie jubilait. La machinerie fomentée en jouant de la balourdise inouïe de ce La Bidoche fonctionnait à merveille. L’imbécile – qu’il avait été si aisé de flatter pour qu’il prît son branle – allait partout pérorant que le Roy lui-même l’avait désigné pour lui succéder. Jamais bouffon ne s’avéra plus précieux. Notre Venimeux Visionnaire put ainsi jouer la comédie. Il fit savoir partout qu’il craignait qu’un fou ne prît le pouvoir à la faveur du prochain Tournoi de la Résidence Royale, espérant ainsi se poser en miraculeux recours. On pourrait prétexter d’un péril imminent pour que le Tournoi n’eût point lieu. Las ! les menées de Sa Machiavélique Mesquinerie ne furent pas du goût de toute la Cour. Ainsi la petite duchesse de Machevaline fit savoir aigrement qu’elle désapprouvait tout à fait que l’on prît langue avec des bouffons. Fi donc, se récria-t-elle devant des gazetiers médusés, le Roy avait-il tout de bon perdu la tête ? La sanction ne fit point attendre. Madame de Machevaline, qui avait en charge une sous-chancellerie aux affaires de l’Europe, perdit sur le champ tout crédit auprès de Notre Courroucé Monarc, qui fit savoir par quelques mots vengeurs qu’elle était désormais persona non grata à la Cour. Il lui faudrait prendre le voile et entrer au couvent – il se murmurait qu’elle était déjà bien confite en dévotion, étant doucement surnommée Homélie – ou se retirer sur ses terres et faire pénitence jusqu’à la fin de ses jours. Cette pauvre créature s’était déjà mise fort mal avec le vieux baron du Truant, lequel l’avait vertement tancée de s’être rendue en Armorique sans qu’il en fût avisé. Eût-elle conçu, l’impudente, quelques fallacieux espoirs de compter dans le nouveau gouvernement qu’ourdissait avec ardeur Sa Comploteuse Machination, qu’elle pouvait leur dire adieu.

Cette pauvre petite madame de Machevaline n’était point la seule à émettre des critiques sur les menées du Roy. Mais ce furent les Conseillers que l’on montra du doigt et qui allaient en faire les frais. Ils n’étaient plus en harmonie avec Notre Disruptif Génie, ayant perdu le peu de cervelle qu’il leur était resté après l’usage intensif qui avait été fait d’eux, et il allait falloir songer à renvoyer tout le monde afin de procéder à un grand renouvellement de tout l’entourage de Sa Neigeuse Splendeur. Tout ceci interviendrait après le deuxième tour du Tournoi des Bourgmestres pour lequel les impétrants encore en lice avaient commencé leurs tours de piste. Dans la bonne ville de Lutèce, la marquise de la Buse, prise d’une aussi soudaine que massive crise d’amnésie, revêtit son armure sur sa robe de soie, avant que de pérorer que le gouvernement avait été remarquable pour ce qui était de l’administration du pays pendant l’épidémie. D’aucuns dans l’entourage de la marquise songèrent à prendre langue auprès du Savant de Marseille pour savoir si d’aventure sa médecine pouvait quelque chose pour soigner l’entendement de la pauvre femme. Dans la bonne ville de Lugdunum, l’incorrigible vieillard monseigneur le duc de Colon, qui s’était rallié aux partisans du baron de La Paupiette De Veau, rendit l’hommage du vrai vice à la fausse vertu, à moins que ce ne fût l’inverse, arguant qu’il ne faisait là que suivre les préceptes de Notre Transgressif Jouvenceau, duquel il avait tout appris en matière de trahison. On en resta coi.

En Starteupenéchionne, il n’y avait point seulement que les perfides qui fussent mis à l’honneur, avec les insignifiants et les inutiles, il en allait de même. Ainsi monsieur le duc de La Mousse-Viciée, dont il se disait que le pesant ennui qui se dégageait de lui était tel que l’on baillait par avance à la seule évocation de son nom, fut distingué par Sa Sirupeuse Reconnaissance qui lui octroya le poste fort envié de Président de la Cour des Ecritures. Sans doute ce falot intrigant était-il remercié pour avoir été, ainsi que l’avait fait fort justement remarquer un tribun du peuple trop tôt disparu, monsieur Delapierrus, un de ces fossoyeurs sans âme et sans scrupule qui avaient mis sous le joug de la Phynance la petite île de Chypre, préfigurant ce qui allait être administré cruellement au royaume hellène quelques années plus tard. Monsieur de La Mousse-Viciée était alors un éminent membre de la Faction de la Rose et occupait la charge de Grand Econome du Royaume, lors de la première année du règne pluvieux et calamiteux du roi Françoué dit Le Scoutère. Monsieur de La Mousse-Viciée avait rendu moult et moult services aux Saigneurs de la Phynance et il n’était que justice qu’on le récompensât.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne à quelques heures de la deuxième phase du Grand Déconfinement.

#ChroniquesDuRègneDeManu1erDitLeReconnaissant