Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er l’Infaillible

Chronique du dimanche de Pâques en l’an de disgrâce 21

Où il est question de gargottes clandestines, d’un fort symbolique couvre-chef et d’une découverte proprement révolutionnaire.

Ainsi doncques par la grâce du Roy, dès le lundi suivant les Pâques, il ne serait plus permis de s’éloigner à plus de deux lieues du logis qu’à la condition expresse que ce fût pour aller au labeur, entassé dans des charrettes communes. Si d’aventure un Rien ou une Rienne – fous inconscients – concevaient de s’ aller prendre l’air en forêt où il il n’y avait âme qui vive, et si cette forêt était par malheur éloignée de plus de deux lieues du logis, les argousins leur tomberaient férocement sur l’échine, on les rosserait et on les rançonnerait d’importance.

En attendant ce couperet fatidique, les Riens et les Riennes s’empressèrent d’aller faire moult emplettes dans les échoppes « non essentielles » – lesquelles allaient devoir tomber le rideau selon une liste à laquelle nul n’y comprenait goutte tant elle était absconse – et de se retrouver sans se compter pour ripailler modestement en famille. Les Très Riches n’avaient cure de toute cette réglementation. Ils s’en extrayaient avec leur arrogance coutumière, mus par ce sentiment très antique d’appartenir à l’élite de la Starteupenéchionne. Puisque l’on pouvait payer et ce grassement, on se sentait absolument libre. Ainsi des gazetiers de la Sixième Lucarne Magique s’introduisirent-ils dans l’une de ces occultes gargotes où l’on ripaillait dans un confortable et luxueux entre-soi. Foin de masques et de gestes « barrière » dans ces salons dorés, car les miasmes, leurs cousins et apparentés étant l’apanage des seuls gueux, ils n’ étaient tout simplement point autorisés d’y pénétrer. On y croisait le Tout-Lutèce, Chambellans et Chambellanes y compris, ceux-là et celles-là mêmes qui venaient une heure auparavant d’avoir dispensé dans le salon d’une Lucarne Magique d’ accablantes leçons de savoir-vivre à destination des Riens et des Riennes, lesquels étaient des enfants à qui il fallait sans cesse seriner moult conseils et autres admonestations.

Madame la marquise de la Courge, en sa qualité de Sous-Chambellane aux Affaires Domestiques, alla se pavaner devant des gazetiers afin de délivrer la bonne parole. Elle arborait un couvre-chef noir et plat, crânement incliné sur le côté, lequel avait été fort en vogue sous le règne du Maréchal très aimé du Roy, monsieur Pétain. Elle était sanglée dans une redingote blanche, ce qui faisait paraître encore plus noirs la casquette et l’uniforme du Grand Prévôt de Lutèce, l’inflexible Sieur Teutonic, qui flanquait de près la marquise, afin de veiller à ce qu’elle ne se répandît point en propos folâtres comme elle en avait coutume. Aiguillonnée par cette martiale présence à ses côtés, madame la marquise de la Courge eut ces mots que l’Histoire retiendrait à coup sûr : « il n’est pas permis de partir en ouikenne, il faut rester le plus statique possible ». Le Roy avait inventé le Confinement sans Enfermement, la marquise lui apportait une touche de génie : le pied de grue.

Le petit duc de l’Attelle, Porte-Mensonges du gouvernement de Sa Nébuleuse Altitude, fit une grande découverte, quoiqu’il n’eût pas de grande certitude quant à ce qu’il venait d’entre apercevoir : un amas de ferraille rouillée d’où émergeaient ici et là quelques pauvres matelas. C’était probablement là, se dit l’intrépide petit duc – ce transfuge de la Faction de la Rose – les lits des hospitaux du Royaume que l’on avait mis au rebut, et ce avec méthode et constance. Mais il n’en était point sûr, étant atteint depuis son ralliement à la Faction de la Marche d’une sévère amnésie rétrograde, maladie fort répandue chez tous ceux et toutes celles qui se piquaient de briguer des Charges Publiques pour en faire des rentes personnelles. La lumière lui revenant – il se souvenait vaguement avoir été l’homme de cabinet de la baronne Famisol de Jolie-Province, Chambellane de la MalPortance sous le règne de Françoué II dit le Scoutère – le petit duc concéda qu’on n’ avait probablement pas mis suffisamment d’ écus dans l’escarcelle des hospitaux et ce depuis quelques années. Le baron du Cachesex trouva la potion quelque peu amère. Il profita de ce qu’il s’en était allé, sur ordre du Roy, recueillir l’assentiment des Dévôts à la Chambre Basse sur les mesures de purge par clystère que Notre Impitoyable Morticole avait décidé d’administrer au pays tout entier – les Factions de l’opposition furent tant offensées du procédé qu’elles quittèrent les lieux – pour rafraîchir la mémoire du jeune duc qu’il avait pris sous son aile afin de le former. Toute la faute en revenait au seul Françoué le Deuxième. Le Roy – Loué soit-Il et gloire à Lui – avait hérité de cette situation.

Las ! L’amnésie rétrograde frappait tout autant ce brave baron. Il avait oublié que Sa Grande Turpitude avait occupé une charge des plus importantes au Château du temps où Françoué le Deuxième y régnait, avant que d’être nommé Chambellan à la Cassette et à la Dépense où il avait eu la haute main sur les restrictions d’écus et leur utilisation à d’autres fins. Monseigneur du Cachesex avait aussi effacé de sa mémoire ses propres méfaits sous le règne de Niko dit le Petit Marécage. N’avait-il point prêté main forte à son comparse le brutal baron du Tranbert pour faire des coupes sombres dans les cassettes de la Chancellerie de la Malportance ? On reparlait d’ailleurs fort de ce baron du Tranbert, qui se sentait d’accéder au Trône. Il se voyait déjà remporter le Tournoi de la Résidence Royale. Il se préparait ardemment. « Si je perds, c’en sera fini de ma carrière » pérorait-il ici et là, dans le but de donner un tour très dramatique à son entreprise. Il récolta beaucoup de railleries.

La conjonction des astres fut favorable à la Dextre. On assista ainsi au parfait alignement de Monsieur de la Zizanie et du Vizir Manolo. Leurs idées concordaient en tout point et quand elles ne concordaient point, elles se complétaient. Cet alignement se produisit dans l’un des salons de l’Hôtel de Séniouze, ce haut-lieu des Haineux et de tous ceux et toutes celles qui leur étaient apparentés.

Notre Frivole Philosophe était aux anges. Il venait de prouver que non seulement la Terre notre mère était ronde, mais que de surcroît elle tournait autour d’un astre, lui-même. La gazette l’Univers encensa le génie de ce prince qu’on nous enviait dans toute la galaxie. Ainsi en allait-il au Royaume du Grand Cul par dessus Tête, en ce dimanche des Pâques, à quelques heures du Troisième Variant du Grand Confinement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :