Poster un commentaire

Chroniques du règne de Jupithiers, au temps de l’épidémie de grippe pangoline.

Chronique du sixième jour du mois de juillet de l’an de disgrâce 20

Où il est question de folles supputations, de départs déchirants et d’arrivées fracassantes.

Pendant que dans l’antique cité de Massalia naissait une bonne Maïre, et que la baronne de la Galinette Centrée, ayant tant intrigué, obtenait satisfaction quasi absolue de ses oukases, au Château, le nouveau Premier Grand Chambellan se pliait en huit pour satisfaire toutes les désirs de Sa Capricieuse Petitesse. Le roi Niko avait assuré que ce baron de Cachesex serait le plus fidèle et le plus zélé des serviteurs. On pouvait tout lui demander. Il n’avait aucun état d’âme, il n’avait d’ailleurs pas d’âme du tout. Toute la journée de ce sixième jour de juillet, les couloirs des Lucarnes Magiques et les bureaux des gazettes bruissèrent des supputations les plus folles. Dans le même temps qu’il consultait les impétrants et les impétrantes – lesquels n’étaient point si nombreux – , le baron s’en était allé visiter des argousins qu’il avait tenu à rassurer sur la suite des événements. Il n’eut en revanche pas un mot pour les médecins, les nurses et les garde malades, hormis pour faire remarquer perfidement que les palabres de l’hôtel de Ségur n’avaient que trop duré et qu’il était grand temps d’en finir.

Ce fut enfin le soir. Le baron était arrivé au Château sur le coup des six heures. Les hérauts du palais annoncèrent que la composition du nouveau gouvernement serait connue à sept heures. Le suspense était à son comble. Puis ce fut la consternation. Madame de Sitarte avait purement et simplement disparu ! En lieu et place de notre bonne duchesse, toujours prête à régaler son auditoire de ses spirituelles saillies, on trouva le petit duc de l’Attelle, cet intrigant qui était passé de la Faction de la Rose à celle de la Marche. Pareil sens de la trahison n’augurait rien de bon, mais sans doute monsieur de l’Attelle rappelait-il à Notre Sentimental Jouvenceau son bon Grivois, lequel ne s’était jamais remis de ses frasques astiquatoires et avait sombré corps et biens. On argua pour justifier du départ de Madame de Sitarte qu’elle était requise par quelque sombre affaire domestique. Le Roy avait aussi exigé que son fidèle d’entre les fidèles, son cher Rantanplan, alias monseigneur le duc de Gazetamère, fît ses malles de ses appartements de l’hôtel Beauvau. Sa Sèche Ingratitude n’avait point encore décidé où l’on recaserait celui dont la tête ornait toutes les salles de repos des argousins, criblée de fléchettes, ou que l’on retrouvait encore dans les vestiaires sous forme de figurine transpercée d’épingles. Le baron de Cachesex avait suggéré à Notre Sanglant Equarisseur de procéder à un échange avec monseigneur le duc de la Blanche Equerre. Mis à la tête de la Chancellerie de l’Instruction, qu’eût-il pu faire de pire que son compère ? Las ! Le Roy voulut punir les maitres des escholes qui lui avaient par trop échauffé la bile et la cervelle. Monseigneur de la Blanche Equerre fut donc conforté dans sa charge de destruction de l’école de la vieille république, et on lui adjoignit aussi la Chancellerie de la Gymnastique. La marquise de la Marchéanou fut ainsi placée sous l’implacable férule de l’ancien Grand Inquisiteur Rectal.

Le duc de Gazetamère remâchait sa bile mais il se consolait en songeant que la marquise de la Belle-Loupée avait subi le même sort que lui. L’annonce du nom du nouveau Chambellan aux Balances fit l’effet d’une bombe chez les magistrats. Il fallut envoyer en grande diligence des médecins pour les faire revenir à la vie. Celui qui allait devenir le Garde des Sceaux n’était autre que le très éructant et brutal monsieur Du Pont Morte-Ethique, un avocat vénal et sulfureux, qui entre deux procès retentissants et lucratifs, ne voyait nulle gêne à se faire bateleur, histrion ou chroniqueur sur une Lucarne Magique, pourvu que l’on parlât de lui. Il n’hésitait jamais à brutaliser les témoins dans les prétoires, il vomissait la vertu, lui préférant le vice et vouait les magistrats aux gémonies. Ceux des Riens qui importunaient les femmes ou pire qui les outrageaient le trouvaient toujours prêt à les défendre. Il clamait à qui voulait l’entendre qu’il eût défendu avec ardeur le très cher modèle de Notre Petit Imitateur, le bon maréchal Pétain. Lorsque le nom du successeur du duc de Gazetamère fut connu – c’était le duc du Dard-Malin – d’aucuns murmurèrent que l’affaire de moeurs qui entachait la réputation du duc serait bien vite enterrée. On le rendrait blanc comme neige et la pauvre Rienne qui avait osé ester en justice en serait bien marrie. Le nouveau Chambellan aux Balances était aussi aux premières loges pour faire cesser les ennuis contre son client le roi Niko, dont il était de plus en plus évident qu’il avait pris la main sur tout ce qui se passait au Château. Le mélange des genres était des plus ahurissants. C’était tout bonnement inouï.

Un autre remplacement fit aussi couler beaucoup de salive chez les gens d’esprit : le chevalier des Rillettes fut prié de s’en retourner s’occuper du négoce – après tout c’était là sa partie – pour laisser la place à la baronne du Cachalot en personne, qui faisait là un retour remarqué dans les allées du pouvoir. Cette diva des Lucarnes Magiques se piquait d’une passion dévorante pour l’art lyrique et pour Monsieur Verdi en particulier. Ce fut chose suffisante pour lui confier le soin d’administrer les choses de l’esprit dans le royaume, lesquelles devenaient aussi importantes que le négoce et le jardinage. On chanterait désormais quatre fois par jour dans toutes les escholes et les administrations en l’honneur du Roy. Madame du Cachalot, qui avait juré ses grands dieux qu’on ne l’y reverrait plus, exultait. C’était la consécration.

Pour faire bonne mesure, on mit aussi la couleur verte à l’honneur en la personne de la très fade et sirupeuse petite duchesse de la Pompaguili, qui devint ainsi la Grande Jardinière de la Starteupenéchionne. Qu’elle ne sût point planter un malheureux poireau et qu’elle n’eût à son actif en vérité que d’avoir permis la construction d’épouvantables édifices où y parquer les charrettes et les carrosses, au détriment des pâturages et des forêts, ne dérangea point le baron de Cachesex. Tout au contraire. Sa Grande Menterie avait été intraitable : le vert était certes un bel effet de mode, mais il ne fallait point en abuser. Cette petite duchesse – qui se retrouvait au deuxième rang selon le protocole, juste derrière le Premier Grand Chambellan, était la docilité même. Elle n’avait point d’idées à elle.

La duchesse des Charentaises et du Poitoutou avait bien cru son heure à nouveau arrivée. Elle s’était vantée sur toutes les Lucarnes Magiques d’avoir été approchée par des émissaires du Roy, au moyen du cornet magique. Las ! Le Château opposa un démenti aux allégations fantaisistes de cette pauvre duchesse, qui eût tout accepté, même le plus petit cabinet . Il s’avéra que madame du Poitoutou avait été le jouet de mauvais plaisantins du royaume voisin de la Belgique. On se gaussa sans retenue.

La Grande Réinvention pouvait donc débuter. Des gazetiers de la Virgule révélèrent que le comte de la Carpette, un aventurier notoire, qui avait trempé dans moult affaires, lesquelles avaient coûté des montagnes d’écus aux Riens et aux Riennes, s’était mis en tête quelques mois auparavant de donner des conseils à Notre Fieffé Apprenti. « Votre problème, ce n’est pas l’impopularité » avait-il susurré à l’oreille royale, c’est que les gens ont envie de vous tuer ». Sa Douillette Tremblote en était restée coite. Ce qu’on disait était donc vrai ! Et qu’arriverait-il si ces maudits argousins que cet imbécile de Rantanplan n’avait eu de cesse d’irriter, croyant les cajoler, se mettaient en tête de rester les bras croisés ?  Monsieur de la Carpette avait ensuite fort magnanimement indiqué le chemin à suivre : il fallait renouveler les Chambellans. « Vous vous ressemblez tous là-dedans ! Il faut que vous ayez autour de vous des mecs avec des costumes froissés ! ». Tels avaient été les truculents propos du comte, dans ce franc parler qui n’était pas sans rappeler au Roy son bouffon, monsieur la Bidoche. Du reste, n’eût-il point fallu faire appel à ce dernier ? Il n’y avait que peu de nouveaux et nouvelles venues dans ce gouvernement de l’acte Deux et ils étaient tous impeccablement vêtus, à l’exception notoire de monsieur Du Pont Morte-Ethique. Par bonheur, le baron du Cachesex avait suivi en tout point les préconisations du roi Nico et avait su attirer cet orateur terribleà la mise quelque peu dépenaillée. Notre Pusillanime Bibelot pouvait désormais dormir tranquille.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne, à l’aube de cette ère nouvelle qui voyait mises à l’honneur les vertus cardinales si chères au cœur du Roy : la bassesse, la médiocrité et l’infatuation y brillaient d’ un éclat encore jamais atteint.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :