Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit le Spéculateur.

Chronique du onze du mois de mai de l’an de disgrâce 20.

Où il est question de souffre, de fausse délivrance et de ridicule.

Ce fut enfin la délivrance tant attendue. Mais rien ne se passa comme prévu, ou plutôt tout fut conforme aux sombres prédictions des esprits avisés. Comme on arrivait en vue des saints de glace, il fit un temps épouvantable. Une affreuse odeur de souffre empesta le pays, depuis les marches du Nord jusqu’à celles de l’Ouest, on respira un air infect, qui se sentit même à travers les masques. Les charrettes en commun furent prises d’assaut par toute une populace de laborieux, l’oeil morne et le corps lourd. On s’entassa les uns sur les autres. Il n’y eut que l’inconséquent petit duc de Jeumebarre, lequel avait la charge de seconder madame de la Bornée, la Chambellane aux Transports, pour s’ébaubir que tout se fût passé au mieux, et pour cause, il n’avait jamais mis les pieds dans un de ces chariots de fer bondés, cahotants et malodorants. Il répéta sur tous les tons que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes et ordonna que l’on fît évacuer les gazetiers trop curieux. Le Chevalier d’Alanver, mis à la question par l’ineffable monsieur de la Bourre d’Ain, lequel se croyait indispensable pour ce qui était d’orienter l’entendement des Riens – quand il ne faisait en vérité que cirer les chausses du Roy – estima que ces cohues dans les charrettes en commun étaient « fort dommage ». Les miasmes quant à eux n’étaient point du même avis et ils se félicitèrent de pouvoir à nouveau passer d’un quidam à un autre.

Le laisser-passer n’était plus obligatoire mais il allait le redevenir dans la Grande-Province de Lutèce pour tous ceux et toutes celles qui devaient se déplacer dans les charrettes en commun, c’est à dire tout le monde ou presque. Or, on s’aperçut que l’édit qui allait désormais régenter de façon martiale toute la vie du pays n’avait pu être ratifié à temps. Monseigneur le duc du Havre lança des appels à l’obéissance – on ne pourrait conséquemment châtier les contrevenants dans l’heure, mais cela se ferait sans clémence aucune dès que le Conseil des Sages, que Notre Sourcilleux Potache avait souhaité consulter, aurait rendu sa sentence, laquelle n’était qu’un avis. L’édit stipulait qu’on ne pourrait s’éloigner à plus de vingt lieues de son domicile et que les maitres des forges devraient signer des laisser-passer à leurs employés. On vit partout dans le pays se rouvrir les échoppes. Certains parmi les Riens et les Riennes – qui avaient usé de leurs vieilles hardes pour s’en faire des masques – coururent s’en racheter de nouvelles, cette frivole occupation leur ayant cruellement manqué. D’autres encore préférèrent s’élever l’esprit et s’en furent ventre à terre chez leurs libraires. On vit aussi des files se former devant les bureaux de change, les pauvres gens voulant envoyer quelques misérables sous à leur parentèle de l’étranger, ou peut-être en recevoir, tant la misère couvait tel un mauvais nuage.

Monseigneur le duc de la Blanche Equerre fut, pour le navire de la Starteupenéchionne tanguant sur la mer démontée de ce premier jour du Grand Déconfinement, une figure de proue des plus hardies. Il fallait courir sus à tous ces parents pusillanimes qui couvaient par trop leur progéniture. « Il est plus dangereux de rester chez soi que de se rendre dans les escholes » martela ce fier matamore, suscitant parmi les Riens et les Riennes une vague de consternation quand ce ne fût pas une grande colère. Pourquoi donc avait-on fermé les escholes depuis le treize du mois de mars, osèrent se demander certains, se rappelant fort opportunément que le duc avait jusqu’à la veille de ce jour, couru le pays en tout sens pour affirmer haut et fort qu’il était parfaitement inutile de confiner les escholes. L’ancien Grand Inquisiteur Rectal montrait à nouveau toute l’étendue de sa mansuétude et de sa bienveillance, qualités qu’il partageait avec Sa Cynique Bonimenterie.

La grande gazetière, gardienne des mânes de la Starteupenéchionne, la baronne du Saint-Croc, s’était intronisée quelques jours auparavant Première Grande Argousine du pays. Elle avait sommé le duc de Gazetamère, lequel avait l’air plus négligé que jamais, l’oeil torve et la mine basse, le cheveu mou et long, de lui faire savoir s’il avait fait recueillir par ses espions des renseignements sur les séditieux qui s’apprêtaient à mettre le pays à feu et à sang. – elle visait bien entendu les Insoumis, pour lesquels elle concevait une noire et irrépressible haine, ainsi que ces damnés d’Engiletés, qu’elle prétendait « reconvertis » et qu’elle rêvait de voir brûler dans les flammes de l’enfer.

Pendant ce temps, Frau Angela, la Grande Chandelière de la Germanie, tout en menant son pays d’une main de fer, avait cependant veillé qu’en toutes choses régnât la rigueur des sciences, lesquelles avaient été et continuaient d’être le violon d’Ingres de cette digne douairière. Son peuple en était fort rasséréné. Il en allait tout autrement du côté de l’Empire des Amériques, chez Donald le Dingo. Ce dernier se refusait à porter le masque car il craignait, disait-il, le ridicule. Cet empereur, au tempérament atrabilaire, était la preuve vivante que ce ridicule, dont il était le seul à ne point s’apercevoir qu’il était constitutif de sa personnalité, ne tuait point. Il eût été cependant fort avisé d’y réfléchir car les miasmes avaient élu domicile dans son palais. Son propre valet de chambre en avait été atteint, mais Donald jura ses grands dieux qu’il n’avait eu aucun contact avec ce larbin, dont tout le monde savait qu’il était toujours présent, l’arme au pied, pour l’aider à se vêtir. Ce grand ami de Notre Facétieux Galopin avait aussi forgé une théorie sur les écouvillonnages : ils se révélaient négatifs jusqu’à ce qu’ils fussent positifs, c’était donc une immense perte de temps et d’argent.

Dans notre pays, on n’écouvillonnait toujours pas plus qu’avant malgré les mensonges répétés du Chevalier d’Alanver, et les masques, dont ces maudits Insoumis avaient réclamé en vain qu’ils fussent distribués à la population, faisaient l’objet de spéculations les plus basses, pour le grand plaisir de la petite baronne du Panier-Ruché.

Ainsi en allait-il en Starteupenéchionne en ce premier jour du Grand Déconfinement.

#ChroniquesDuRègneDeManu1erDitLeSpéculateur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :