Poster un commentaire

Chronique du règne de Manu 1er dit le Coroné.

Où il est question des vertus cardinales de la Starteupenéchionne…

Chronique du 21 mars

Le cynisme et l’amateurisme ne s’étaient jamais si bien portés que sous le règne d’Emmanuel 1er dit Manu Le Coroné. Ce qui était affirmé par certains Chambellans le vendredi était aussitôt contredit le samedi par d’autres. Réclamait-on des masques pour pouvoir se défendre contre les miasmes et ne pas crever à tenter de soigner les plus malades ? La duchesse de Sibête avait la réponse : cela ne servait à rien ! On ne faisait que répandre encore plus la maladie en manipulant ces masques maladroitement. La Porte-Mensonge du Gouvernement de Sa Turpide Petitesse cherchait à dissimuler une terrible et scélérate pénurie, laquelle éclata au grand jour. Qu’importe ! On en fit porter la paternité aux prédécesseurs du duc du Havre. Le duc de Sablé avait été d’une terrible inconséquence. Les doctes exégèses de madame de Sibête ne convainquirent personne. De la même manière que, lorsqu’elle annonça tout uniment que le confinement serait prolongé, on en conclut qu’il faillait s’attendre à ce qu’il y fût rapidement mis fin.

Cette épidémie avait ouvert en Starteupenéchionne un nouveau concours : celui de l’Allégorie de l’ l’Ineptie. Madame de Sibête y participait en outsider, elle était inégalable. Madame du Panieruché tenta sa chance, mais il y avait trop de rouerie et de cynisme dans cette petite duchesse pour qu’elle fût une parfaite allégorie de cette vertu si prisée à la cour de Notre Médiocre Penseur. La brouillonne duchesse de la Peine-Y-Cot remporta la mise. Elle aurait désormais sa statue de marbre dans les salons d’apparat du Château. C’était là une consécration pour ses œuvres. La perruque de travers – la sienne était faite d’un vilain foin que rien ne disciplinait – elle s’en était allée fustiger une corporation de bâtisseurs, laquelle avait appelé à ce qu’il y eût une trêve dans l’édification de nouveaux bâtiments, afin que les ouvriers ne se contaminassent point les uns les autres. « Vous me dites que vous êtes à trois dans un charroi pour vous rendre sur vos chantiers ? » ânonna malaisément comme à son accoutumée cette duchesse, « eh bien, faites trois charrois différents et voilà tout. » On rougissait de ne point y avoir pensé avant. La bredouillante et vacillante Chambellane, se croyant elle aussi à la guerre, usa du mot de « défaitisme » pour clore le bec à cette corporation.

Notre Petit Machiavel exultait. Alors que des malades s’étouffaient dans les hôpitaux, alors que les médecins et les nurses s’épuisaient à l’impossible tâche, en véritables soldats envoyés au front sans armes, il avait commandé, du fond de ses confortables appartements, loin des miasmes délétères, à des siens amis, un carottage de l’opinion. Il fut nécessaire de procéder à quelques manipulations, Son Abyssale Dégringolade étant si impatiente de mesurer les effets de sa martiale attitude. Alleluia ! Grâces soient rendues à la Pensée Complexe de Notre Petit Timonier ! Voilà qu’il reconquérait de la popularité ! Miracle ! Hosannah !

Cette bienheureuse épidémie permit aussi que l’on achevât d’écrabouiller ce qui restait de conquis sociaux aux Riens et aux Riennes. Qu’elle en tuât quelques uns d’entre eux, cela n’était rien – on résoudrait ainsi le manque de place dans les hospices- mais voilà qu’elle atteignait la bonne marche de l’économie ! Cela ne se pouvait. On édicta une loi qui permettrait de rogner sur tout ce qui restait encore à détruire : les congés, la durée hebdomadaire du labeur, le repos du dimanche. Ceux qui ne crèveraient pas de la grippe pangoline crèveraient à la tâche. A la Chambre Haute, une obscure sénatrice réclama le retour du servage. Cela réglerait tout et on en serait bien aise.

Monsieur de la Blanche Equerre concevait maintenant pour ce confinement une véritable adoration. Il ne se passait pas une minute sans qu’il ne s’enquît de ce que pouvaient produire en « télélabeur » ces fainéants des maitres des escholes. « Monsieur le duc, les parents se plaignent, les escholiers travaillent deux fois plus ! Du matin jusques au soir et même la nuit ! » rapportaient les Conseillers. « Qu’ils en fassent plus encore ! » était invariablement la réponse hardie du duc. L’idée lui était venue de tout bonnement vendre les escholes, les maitres travailleraient désormais depuis leurs chaumières, on ferait de substantielles économies, on les paierait à la tâche, et surtout, ils n’auraient plus jamais de vacances. Cette perspective égayait les nuits de Monsieur de la Blanche Equerre. Bénie soit la grippe pangoline !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :