Poster un commentaire

Chronique du règne de Manu 1er dit Le Turpide

Brève du 18 décembre

Le remplaçant du baron de La Voille était du même acabit que son prédécesseur. Sitôt nommé, on apprit qu’il avait servi chez une famille de très riches marchands, et, alors même qu’il était déjà député de la Faction de Notre Glorieux Marcheur, qu’ il avait été grassement rémunéré d’une prime de plus de soixante dix mille écus- soit la future retraite mensuelle de soixante dix mille maîtres et maîtresses d’eschole.

Les réseaux sociaux s’enflammèrent là-dessus. Les pompiers-bûcherons de la Startupnéchionne se mirent en œuvre d’expliquer que cette prime était une prime pour avoir été congédié de ses fonctions : il n’y avait là rien que tout à fait banal et normal ! La somme était plus que coquette. Comble de l’affaire, monsieur du Piètre-Exquis – tel était le nom de celui qu’on avait vite promu au rang de Secrétaire d’Etat- était celui qui avait mis en pièces le Code du Labeur, faisant ainsi des coupes très sombres dans les primes de congédiement. Monsieur de Piètre-Exquis avait une conception tout à fait personnelle du vieil adage « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse ». C’était aux dires de celles et ceux qui avaient eu affaire à lui, un homme brutal, hypocrite et méchant. Il avait commencé sa carrière comme chef du personnel chez les mêmes riches marchands qui avaient su le remercier grassement. Une demoiselle de magasin s’était ainsi vue accuser d’avoir volé quatre sous et d’avoir donné une chocolatine toute brûlée à un pauvre hère. La malheureuse avait amenée chez les argousins et mise en geôle. Faute de preuves, elle en avait été sortie et blanchie. Monsieur de Piètre-Exquis resta droit dans ses bottes et ne produisit pas le moindre petit mot d’excuse. Il se glorifia tout au contraire de son action.

Partout où il était passé, le sire de Piètre-Exquis ne laissait que des ruines, des mécontents et des malheureux. Il n’aimait rien tant qu’à faire tomber des têtes et à casser aux gages les employés qu’il avait sous ses ordres. Sa nomination comme Secrétaire aux Vieux jours des Riens et des Riennes sonnait comme une formidable provocation, une fin de non-recevoir brutale à leur colère.

Pour preuve de son adoubement, ce zélé vassal reçut sur le champ la distinction suprême de Grand Benêt Voleur. A la Cour de Sa Frénétique Voracité, l’enrichissement, le conflit d’intérêts, la concussion et l’inhumanité se portaient en breloques.

Les Riens et les Riennes quant à eux ne décoléraient pas et grèvaient. Et celles et ceux qui restaient besogner continuaient à soutenir les premiers. Les gazetiers et les gazetières serraient le fondement dans leurs Lucarnes magiques. On fit des carottages d’opinion. Notre Inflexible Scaphandrier plongeait dans les profondeurs, son grand Premier Chambellan aussi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :