Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit l’Imitateur

Chronique du 7 octobre

L’ irréductible Gracchus Melenchonus s’exprima à la Chambre Basse. Il y produisit un discours que monsieur Hugo lui-même n’aurait point renié. Le tribun des Insoumis tonna contre la volonté affichée par Notre Malveillant Freluquet de courir sus à tous les étrangers qui venaient chercher un peu de vie digne sur notre sol, au motif qu’il fallait lever les tabous ! Cela faisait quarante années que les Montretout faisaient leur beurre rance de cette antienne – il y a trop d’étrangers !
Ils volent votre pain ! C’est la cause de tous vos maux ! – cela faisait quarante années que cette famille et ses séides cultivaient la haine de l’étranger et que ce poison se déversait jusque dans les moindres chaumières. Il n’en était jamais rien ressorti de bon. Ce n’était point l’immigré, mais le banquier qui pillait le pays, adjura Gracchus Melenchonus. Il convoqua la vieille République, celle qui avait vu naitre l’universalisme et les droits de l’homme. Elle étouffait maintenant sous le poids de l’impitoyable StartupNechionne, si chère à Sa Jupiterienne Arrogance.

Les Zécolos qui s’organisaient au sein d’un soulèvement au nom évocateur – Extinction-Rébellion – se préoccupaient tout autant du peuple que de la planète, à l’inverse d’une autre faction, dont étaient issus Monsieur de Ruge-It et la petite marquise de la Poire. Ceux-là avaient toujours été cajolés par les Saigneurs de la Phynance. Ils ne menaçaient en rien l’ordre établi. Madame de Royale, duchesse du Poitoutou et des Charentaises, qui avait été Grande Jardinière du roi Françoué -dit le Pédalo, dit aussi le Flan- puis Chambellane aux Pôles – d’où elle n’aurait jamais du revenir- se mit en tête de redonner des signes d’allégeance à Notre Cynique Babillard. Un changement de Chambellan ne se préparait-il pas ? Le sieur Gaze-Ta-Mère se faisait étriller menu par les députés de la faction de monsieur de Voquier, après les tragiques événements chez les argousins. Monsieur du Havre n’en démordait pas, il défendait son piteux Chambellan, lequel jouait plus que jamais les fiers matamores. Madame de Royale avança ses pions en demandant que l’on réprimât sauvagement et férocement ces Zécolos. Elle se préparait à le faire elle-même. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :