Poster un commentaire

Chroniques du règne de Manu 1er dit le Guérisseur des écrouelles.

Chronique du 15 mars.

Dans la glorieuse StartupNéchionne, sous le règne de notre bien-détesté Petit Père des Riches, la médiocrité et la vulgarité avaient été élevées au rang de vertus. C’était, chaque semaine, à qui parmi les courtisans et autres chambellans, se distinguerait aux yeux de Sa Vénéneuse Bienveillance. Le sieur Casse-Ta-Mère, bien connu des Riens et des Riennes sous le sobriquet de Rantanplan Grand Chien-Policier, emporta la mise en ces Ides de Mars. Une gazette spécialisée dans les ragots mondains révéla, avec des images à l’appui, que le Chambellan – qui s’était fait une spécialité dans la violente répression de ces gueux d’Engiletés et dont le tableau de chasse s’ornait chaque semaine d’yeux arrachés et de moignons sanguinolents- avait été bien opportunément aperçu dans certaine bouillante gargote de la nuit parisienne, où l’on pouvait à loisir faire libation et se livrer à de joyeux et croustillants ébats avec d’accortes donzelles. Quelques pieux esprits jasèrent, mais notre graveleux Rantanplan s’en glorifia. Il n’était pas qu’à moitié homme, que diantre ! Il fallait que cela se sût dans tout le pays.

D’autres courtisans et courtisanes, à l’instar du petit duc de Grivot ou de la duchesse de Berre-Geai, choisissaient l’invective. La sottise n’était jamais loin. Ainsi monsieur de Grivot qui, en ces temps troublés, n’en finissait pas de faire entendre sa foncière mauvaise langue. On l’entendit ainsi se répandre dans toutes les gazettes – lesquelles s’illustraient par leur complaisance sans limites – contre un tribun des Insoumis, François Ruffinus, lequel venait de faire paraître un libelle contre Notre Petit Timonier. Il y osait, l’impudent, tutoyer Sa Neigeuse Hauteur ! Monsieur de Grivot n’y alla pas par quatre chemins. Il brocarda monsieur Ruffinus en qualifiant son opuscule de « livre de haine ». Un gazetier inconscient – ou mal nourri – lui demanda de donner des preuves de ce qu’il avançait. Notre impayable et zélé pourfendeur des ennemis de Notre Divin Despote répondit qu’il n’avait pas lu l’ouvrage. C’était là une imparable objection. Il se porta ensuite au secours d’un de ses grands amis parmi les gazetiers-nourris-aux-croquettes, monsieur de l’A-pas-Tit, lequel venait de s’en prendre à une grande dignitaire de l’Assemblée des Nations. Voilà que notre beau pays venait de se faire tancer vertement parce qu’on y mutilait trop de ces gueux et gueuses d’Engiletés ! Il apparaissait en fort mauvaise posture entre le Vénézuelaaaaaaaaaa et Haïti. Comment osait-on ? Monsieur de l’A-pas-Tit s’étrangla de rage et qualifia la dignitaire de « sous-secrétaire désœuvrée ». La misogynie était une des plus grandes vertus de ce gazetier. Puis Monsieur de Grivot vint à la rescousse .Non pour défendre l’honneur de la dignitaire, mais pour s’illustrer à son tour dans la mauvaise foi. Il s’offusqua de ce que l’on pût trouver la StartupNéchionne entre deux pays comme ceux-là, « où il y avait eu des morts ». Le Grand Chambellan aux affaires de l’Intérieur n’avait point encore invité son bon ami le petit duc à venir contempler son tableau de chasse, sur lequel s’alignaient les yeux crevés de ces maudits Engiletés.

Pour n’en être point de reste et pour ex-is-ter – c’était là une lutte de tous les instants ! – la petite duchesse de Berre-Geai, vit gros et s’attaqua à Gracchus Mélenchonus, lequel venait de répondre par un cinglant discours à celui fort laborieux (et qui avait été fort mal reçu dans les autres pays) de Notre Zélé Européiste. Elle trouvait les propos du tribun des Insoumis « affligeants ». Personne ne lui demanda si elle les avait seulement lus.

La marquise de La Courge fut pressentie par les siens pour s’en aller briguer le fauteuil de bourgmestre de la bonne ville de Marseille, où les édiles rivalisaient d’indignité et d’incurie. Cette annonce fut ajoutée à la longue liste des catastrophes qui, à l’instar des immeubles en péril, s’abattaient là-bas sur la tête des Riens et des Riennes. Puis – toujours dans la série des calamités – ce fut Rantanplan Grand-Chien-Policier de Sa Féroce Répression qui s’en vint parader sur le Vieux Port, avec le bourgmestre en titre, un vieillard cacochyme dont l’effigie venait d’être brûlée au Carnaval, dans les quartiers turbulents de la cité, quartiers qu’on tentait de réduire à quia par un coûteux projet de construction d’une place vide et aseptisée.

Et Sa Grandeur Nacrée, me demanderez-vous ? Que faisait-Elle donc en cette fin d’hiver ? Elle guérissait les écrouelles et tentait de remonter des profondeurs des carottages. On vit de pieuses images circuler, accompagnés de commentaires hagiographiques : Notre Petit Saint-Vincent-de-Paul en tunique de cachemire et pourpoint de cuir s’agenouillant devant un pauvre hère qui se traînait à même le sol ingrat. Notre Jeune Broutard de l’Année arpentant durant quatorze longues heures les allées du Salon de l’Agriculture. Sa Sainte Auréole écoutant tendrement un vieillard estropié qui avait – ô miracle des grands communicants – pu L’approcher, et résolvant d’un coup de baguette magique l’inconcevable imbroglio dans lequel se débattait ce pauvre hère. Notre Mirifique Babillard discourant des heures et des heures dans la Grande Parlotte devant des assemblées chenues et clairsemées…

Quelques Riens et Riennes hardis tentèrent d’écorner cette sainte litanie. Telle cette Rienne Engiletée qui, à Pessac, dans la bonne province du duc de Bordeaux, osa, l’impudente, apostropher Sa Sublime Loquacité. Elle s’attira les foudres de Notre Jupitou Olympien qui, pour tenter de reprendre la main avec les gazetiers, tout ébaubis de l’audace de cette gueuse, parla de ces « animaux étranges » qui venaient perturber Son Grand Monologue. Sa Vertueuse Malveillance avait beau promettre qu’Elle ne décocherait plus de ces petits traits assassins envers ses mauvais sujets, c’était là sa profonde – et complexe – pensée. On se souviendrait aussi de ce jeune Rien qui s’octroya, l’inconscient, le droit d’interpeller en ces termes Notre Prosélytique Bonimenteur : « pensez-vous qu’on puisse acheter une nouvelle planète avec de l’argent ? » Ce à quoi Sa Verbeuse Emphase répondit : « Il y aura toujours de l’argent, mais l’argent, il ne faut ni le détester ni l’adorer, il faut le voir comme un moyen de faire les choses. » On ne savait, à part les généreuses ristournes envers ses Très Chers-Amis-Les-Très-Riches, ce qu’étaient ces mystérieuses choses dont il était question.

Ainsi en allait-il donc dans la glorieuse StartupNéchionne. Le vice devenait vertu. Pour être juste, cela avait commencé quelques années auparavant. Madame de Da-Tit, l’ancienne Chambellane aux Balances du roi Nico, fut épinglée pour avoir fait faire de menues emplettes pour son propre bénéfice sur l’argent de sa chancellerie. Elle s’était ainsi offert, pour neuf mille écus, de modestes soieries pour protéger sa gorge fragile. Où était le mal ?

La marquise de l’Oiseau, cette femme à la lippe méchante, qui n’avait pas de mots assez durs pour fustiger les migrants, qu’elle avait accusés quelques mois plus tôt de s’adonner au « shopping de l’asile » fut choisie par la faction de Sa Cynique Manigance pour aller affronter sur une Lucarne Magique, la marquise de Montretout, la cheffe de la Faction des Haineux. Ces deux harpies rivalisèrent de fiel et de hargne. On ne put les départager. Le dégoût de la chose publique, mis à mal par de telles belles personnes, fut le grand gagnant.

La Chambre Basse vota une loi qui permettait à la maréchaussée d’embastiller quiconque parmi les Riens et les Riennes aurait l’air de vouloir se livrer à des menées séditieuses. Laquelle maréchaussée n’avait d’ailleurs pas attendu la loi, c’était déjà ce qui se faisait à l’envi dans tout le pays. Quelques officiers firent connaître leur opposition. On les enferma dans des culs-de-basse-fosse. Notre Cinglant Jupithiers avait annoncé la couleur : « lorsqu’on va le samedi dans des manifestations violentes, on est complice du pire ». Il était devenu formellement interdit de parler de « violences policières ». On était dans un Etat de droit…jupitérien.

Les Engiletés s’apprêtaient à battre à nouveau le pavé. On était aux Ides de Mars.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :