2 Commentaires

Chroniques du règne de Manu 1er dit Le Turpide.

Chronique du 28 août

La nouvelle fit l’effet d’une bombe: voilà qu’après avoir perdu son bras gauche armé, être en passe de perdre son bras droit, sa Très-Haute-Suffisance venait de perdre son Grand Jardinier, le sieur de Hue-L’Eau, qui, las d’avaler couleuvres sur couleuvres, décidait de jeter l’éponge. Invité par une gazette parlée très en vue pour gloser encore et encore sur la verdâtre politique de notre Poudreux Freluquet, voilà que le Grand Jardinier annonçait en direct, devant les yeux et les oreilles médusées des Grands Gazetiers-nourris-aux-croquettes, dont la marquise de Sala-Mets, qu’il avait décidé de rendre son tablier. Avec des trémolos dans la voix, Monsieur de Hue-L’Eau expliqua les raisons qui l’avaient poussé à prendre « l’une des décisions les plus difficiles de sa vie » : ce gouvernement était « dévoré par les lobbies », entendez par là les missi dominici envoyés par les Grands Saigneurs de la Phynance, les grands patrons des Laboratoires de Pharmacie, et d’autres importants, en un mot tous ceux qui avaient permis l’avènement du règne de sa Généreuse Reconnaissance et qui faisaient pression pour obtenir la satisfaction de leurs intérêts personnels. Parmi ces « lobbies » se trouvait aussi celui des Chasseurs. Notre Fine Gâchette avait compté sur ces gens pour se faire élire. Ils représentaient pas moins d’un million de voix. Ce n’était pas négligeable. Durant la campagne précédant le Tournoi, sa Nostalgique Altesse avait dit tout le bien qu’elle pensait des Chasses Royales, qui dataient de l’Ancien Régime, et qu’elle avait l’intention de réhabiliter. Notre Cynique Tireur fut conseillé en cela par le Sieur de La Coste, un petit baron qui possédait des terres et qui représentait tous les détenteurs – et fabricants – d’armes à feu du pays, lesquels entendaient bien s’en servir comme bon leur semblait sans qu’on vînt leur chercher maille à partir. Ce sulfureux personnage, qui ne se cachait pas d’être un homme d’influence, rompu à toutes les sombres manœuvres pour qui voulait bien l’employer – il avait œuvré pour quelques tyrans et en tirait de la gloire, usant de la manipulation et de l’espionnage comme d’autres pérorent à longueur de temps sur les ondes – eut immédiatement l’oreille de sa Calculatrice Eminence. Ils furent instantanément à tu et à toi, s’échangeant moult messages via leurs smartrucs – notre Cyber Monarc en possédait dix en permanence à portée de main – et le sieur de La Coste put commencer sa sinistre besogne.

La veille du jour funeste où le Grand Jardinier – de qui on attendait qu’il prît garde aux petits oiseaux, interdisît l’usage de poisons, lesquels raccourcissaient singulièrement la vie des paysans obligés par les lobbies aux ordres de ceux qui les fabriquaient, d’en user et d’en abuser – tira sa révérence, le sieur de La Coste obtint sans mener bataille que le coût du permis de chasser fut réduit de moitié. En cette période de serrage de ceinture pour les maigres pensions des retraités, les pauvres revenus de remplacement des chômeurs et des chômeuses qui « coûtaient un pognon de dingue » , cela faisait vilain. Cette folle mansuétude se décida lors d’une réunion à laquelle il ne devait point être prévu que le Sieur de La Coste y pût assister, il n’avait en effet aucune légitimité à être là. Ce fut là la couleuvre de trop pour le Grand Jardinier. Sur les réseaux sociaux, on glosa beaucoup. On commenta ses propos : «  je ne veux plus me mentir » suivi de ce qui sonnait comme une étrange contradiction « j’ai une immense amitié pour ce gouvernement ».

Il n’y avait donc plus de Grand Jardinier dans la Startupnation. Y en avait-il d’ailleurs besoin ? Notre Barboteux Monarc apparaissait toujours davantage comme un homme soumis à de bien inquiétantes influences et il se disait qu’il serait plus simple de supprimer cette charge et de la remplacer par celle de Grand Chasseur . Le Sieur de La Coste était tout désigné pour occuper ce poste. Il avait déjà une proie de choix épinglée à son tableau de chasse.

2 commentaires sur “Chroniques du règne de Manu 1er dit Le Turpide.

  1. Excellemment résumé… Bravo et encore bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :