Poster un commentaire

Lettre à mes AmiEs du Front de gauche (ou de ce qu’il en reste…)

Ami-Es, camarades, on s’est connu il y a plus de dix ans, lorsque nous nous sommes retrouvé-es dans les collectifs du NON au TCE. Vous veniez du PC, de la LCR, certain-es du PS, ou de nulle part comme moi. Simples citoyen-nes, sans « appartenance », sans « encartage ». Quelqu’un-es d’entre vous étaient en rupture de ban avec leurs «orgas» d’origine, et revenaient à la chose politique par le biais de ces collectifs.

On a discuté, beaucoup. On a refait le monde, à chaque réunion. On a bu des coups, on partagé des repas. Je découvrais le monde du militantisme politique. Le combat du NON, nous l’avons gagné de haute lutte. Sarkozy, puis Hollande, nous l’ont volé.

Ce combat, cette vision de l’Europe a créé une fracture irréconciliable dans la gauche. Celles et ceux qui se voulaient modernes, européen-nes, réalistes, et que sais-je encore, nous ont ringardisé-es. Pas grave, on a tenu le coup, jusqu’en décembre 2006, où ce que nous avions commencé à bâtir, a volé en éclats sous les coups de boutoir de la direction du PCF, aidée en cela par le travail de sape fait par la LCR. Chacun avait son champion. Dans les collectifs, on avait aussi les nôtres. Ca ressemblait furieusement à des primaires, finalement …La suite, on la connait. Mélenchon à ce moment-là était encore au PS, il appelait nos collectifs les « comités théodules ». Je me rappelle que ça m’énervait. Aujourd’hui, à voir où en est ce pan de la gauche radicale, je me dis qu’il avait raison.

A quoi vous condamnez-vous, en oblitérant le combat de 2005 et la fracture irréconciliable avec les partisans d’une Europe des Traités et de la Commission, d’une Europe anti-démocratique ? On a vu, on voit comment elle agit : brutale avec un petit Etat, violant la décision démocratique de tout un peuple en demande d’Europe, douce avec un grand, dont on sait ce qu’il pense du sentiment européen, cédant à toutes ses demandes afin qu’il continue à faire prospérer son oligarchie !

A ceci : https://www.mediapart.fr/journal/france/210216/cambadelis-il-serait-plus-efficace-qu-il-y-ait-un-candidat-unique-de-la-gauche

Le titre de l’article parle de lui-même : vous avez bien lu, « un candidat unique de la gauche ». Qui ? Normal 1er, qui n’aurait pas besoin, lui, de faire campagne ! Non, mais quel cauchemar !

Je vous entends : oui, mais Mélenchon, il est parti tout seul, et gnagnagna.… Vous voulez que je vous dise ? Il a bien fait ! Cette déclaration, cette mise à disposition, parce que c’est ainsi qu’il l’a énoncée ( à TF1, en plus, pour le choeur des puristes de la gauche dure, c’est une hérésie, une apostasie, et que sais-je encore ? Un argument supplémentaire pour le sport favori, le tir au Mélenchon), c’est une chance. Au moment où j’écris, nous sommes 50 000 citoyen-nes à avoir signé. Cela n’a donc rien d’une aventure individuelle.

Alors, quoi ? Vos arguments, aux un-es et aux autres, qui pour réclamer une primaire de « toute la gauche » alors que depuis 2005 cette gauche N’EXISTE PLUS, qui pour se réunir pour savoir quand se réunir et définir un cadre pour déterminer les modalités d’une désignation d’un-e candidat de la….zzzz, sont, soit une trahison de votre discours et des valeurs que vous prétendez défendre par ailleurs, soit totalement inaudibles et, allez, j’ose, imbitables. Un vrai remède à l’amour !

Dans tous les cas, vous vous condamnez à l’impuissance. J’en arrive à me demander, si en fait, vous ne vous complaisez pas là-dedans. Une élection présidentielle, ça se prépare. C’est maintenant. Nous avons un homme, qui n’a rien de providentiel, arrêtons avec cela, ne nous faisons pas l’injure les un-es et les autres de nous lancer tant d’anathèmes que nous ne pourrions plus nous parler, mais qui a fait le job, et qui l’a bien fait en 2012. Un homme qui sait évoluer, revenir sur ce qu’il a écrit et pensé. Ah, il dit beaucoup « je » ...Que vouliez-vous qu’il dise, tant le format de cette élection est celle du « je » ? Mais c’est un « je » qui existe et se nourrit dans le « nous » du collectif. Ce collectif, ne vous y trompez pas, il est en train de se créer, comme il s’est créé en 2005, en dehors du cadre des partis.

Mes amiEs et camarades, je vous en conjure, rejoignons-nous. Sans chichis, sans trucs incompréhensibles et inutiles qui font fuir beaucoup de celles et ceux qui un jour ont poussé la porte d’une de nos minuscules organisations. Le temps n’est pas, n’est plus, à ces pas de deux qui nous faire du sur-place, quand ils ne nous font pas reculer, et confortent nos adversaires.

Une fenêtre est là, qui s’ouvre. Donnons-nous les moyens d’y entrer nombreu-ses pour aller ensuite ouvrir la grande porte.

PS : je viens de lire les critiques acerbes de Philippe Marlière sur le passage de JLM chez Ruquier hier soir. Evidemment, il ne retient que ce qui l’arrange dans son dézinguage tous azimuts : le passage sur la Syrie. Et encore, il le tronque, se comportant là comme tous ces commentateurs patentés qui font et défont l’opinion. Il serait quand même bon, que dans cette histoire, nous soyons un peu humbles. Mélenchon n’est ni un oracle, ni un messie, ni un maitre à penser. On n’est pas obligé-e d’être d’accord avec toutes ses prises de position, mais il faut lui reconnaître le mérite de penser en dehors des autoroutes. Et c’est tant mieux ! Ce qu’il a dit hier soir ne le disqualifie en rien pour porter la possibilité que nous attendons tou-tes : mettre fin à la Ve république et ouvrir une nouvelle ère démocratique pour la France, et l’Europe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :